Cinéma, TV & DVD

Battlestar Galactica, 1×09

Soirée science-fiction pour moi aujourd’hui, puisqu’après un épisode de Babylon 5 j’ai poursuivi avec le neuvième épisode de la première saison de Battlestar Galactica.

« Tigh Me Up, Tigh Me Down » est un épisode étrange qui alterne habilement humour et tension dramatique. La paranoïa est proche quand les plus insoupçonnables sont suspectés d’être des Cylons. J’ai bien aimé cet épisode, où on continue de découvrir un personnage que j’apprécie : le colonel Tigh. Et un épisode où le commandant Adama rit, c’est suffisamment rare pour être signalé !

Cinéma, TV & DVD

Babylon 5, 1×04

Je continue ma redécouverte de la série de science-fiction Babylon 5.

Le résumé du quatrième épisode de la première saison, « Invasion », ne m’inspirait pas confiance. Dans mes souvenirs, il s’agissait d’un épisode très faible, sans aucune originalité et sans grand intérêt. Apparemment ma mémoire a quelques ratés, car si le début de l’épisode est effectivement lent et guère rassurant pour la suite, la fin est passionnante et bien pensée. Ca commence avec une histoire banale d’étranges artefacts découverts par un archéologue, et ça finit sur l’histoire dune civilisation détruite par l’idéologie, le fanatisme et l’intolérance. Joli !

Ego Trip

Injustice

Politique & Société

Vive Roselyne Bachelot ?

Roselyne Bachelot avait attiré mon respect et mon estime quand, seule contre tous les autres députés RPR/UDF, elle avait défendu le PACS et voté pour le texte en 1999. J’avais même été touché par sa propre émotion lorsqu’elle avait conclu son intervention (applaudie par les députés de la majorité et sifflée par son propre camp) par ces mots :

Car nous ne reconnaissons ici qu’une seule communauté : la République.

Elle « récidive » cette semaine en annonçant son intention de mettre fin à l’exclusion des homosexuels pour le don du sang.

Plus de détails dans cet article sur Gayclics.

A suivre pour voir si cette idée de la Ministre sera mise en application.

Cinéma, TV & DVD

Battlestar Galactica, 1×01 – 1×08

J’essaye de rattraper mon retard, il y a huit épisodes de la première saison de Battlestar Galactica dont je dois vous parler …

1×01 – « 33 » : Après un pilote exceptionnel, la série reprend avec un premier épisode au rythme intense. Les Cylons attaquent toutes les 33 minutes, le compte-à-rebours entre chaque assaut rythme la vie de la flotte, épuisée et au bord de la crise de nerfs. Un excellent épisode.

1×02 – « Water » : Une explosion cause une pénurie d’eau et la flotte doit chercher une nouvelle source d’approvisionnement. Assez moyen, en-deça de la moyenne en tout cas.

1×03 – « Bastille Day » : Pour extraire l’eau découverte par la flotte dans l’épisode précédent, la présidente Roslin propose aux prisonniers d’un vaisseau carcéral d’échanger leur liberté contre un travail d’intérêt général. Mais rien ne se passe comme prévu, quand on découvre que parmi les prisonniers se trouve Tom Zarek, un opposant au gouvernement colonial considéré par beaucoup comme un dangeureux terroriste.

1×04 – « Act of Contrition (1) » : Première partie d’un épisode double. Starbuck doit affronter son sentiment de culpabilité dans la mort de Zak Adama quand le commandant lui confie la tâche de former une nouvelle équipe de pilotes.

1×05 – « You Can’t Go Home Again (2) » : Starbuck est portée disparue. Le commandant Adama et son fils Lee mettent tout en oeuvre pour la retrouver vivante, au détriment de la sécurité de la flotte. C’est un épisode splendide dans lequel Adama semble presque sympathique et humain.

1×06 – « Litmus » : Encore un épisode de très bonne qualité avec la mise en place d’un tribunal indépendant suite à un attentat suicide perpétré par un Cylon infiltré dans la flotte. Quelques réflexions intéressantes sur la justice, et un échange écairé entre le commandant Adama et la présidente Roslin sur la séparation entre police et armée.

1×07 – « Six Degrees of Separation » : Un épisode étrange mais intéressant centré sur le docteur Gaïus Baltar, accusé de trahison par un femme ayant l’apparence de Numéro Six. Evidemment, il faut apprécier le personnage interprété par James Callis …

1×08 – « Flesh and Bone » : On continue une très bonne série avec cet épisode dans lequel Starbuck est confrontée à un Cylon pour un interrogatoire où les rôles sont parfois bien flous. Sans doute l’épisode le plus troublant du début de saison.

Cinéma, TV & DVD

Babylon 5, 1×01 – 1×03

It was the Dawn of the Third Age of Mankind, ten years after the Earth-Minbari War. The Babylon Project was a dream given form. Its goal: to prevent another war by creating a place where humans and aliens could work out their differences peacefully. It’s a port of call, home away from home for diplomats, hustlers, entrepreneurs and wanderers. Humans and aliens wrapped in two million, five hundred thousand tons of spinning metal … all alone in the night. It can be a dangerous place, but it’s our last, best hope for peace. This is the story of the last of the Babylon stations. The year is 2258. The name of the place is Babylon 5.

J’ai découvert Babylon 5 il y a quelques années et j’avais été emballé par l’idée d’une série dont l’intrigue principale a été écrite à l’avance et se décline tout au long des saisons. Babylon 5 fut ma série de science-fiction préférée jusqu’à ce que Battlestar Galactica fasse son apparition. Aujourd’hui, je serais incapable de départager les deux.

Après avoir vu la série en VF, j’ai décidé récemment de la découvrir en VO. J’ai donc commencé la première saison cette semaine, avec trois premiers épisodes. Il faut le dire tout de suite : la première saison est lente et n’est pas la meilleure de la série, on y trouve quelques épisodes franchement médiocres. C’est surtout une saison d’introduction, qui présente les personnages et le contexte. Il faut tenir bon, car la suite est sublime. Et certains détails qui ont l’air mineurs dans la première saison prennent un sens nouveau dans les saisons suivantes. Revoir Babylon 5 depuis le début, c’est un peu comme revoir le film Sixième Sens en connaissant la fin.

1×01 – « Midnight on the Firing Line » : Une colonie Centauri est attaquée par surprise par les Narn, ce qui cause des tensions entre l’ambasseur Londo Mollari et G’Kar, représentant du régime Narn. Le commandant de la station, Jeffrey Sinclair, essaye d’éviter la guerre entre les deux peuples rivaux. C’est un bon épisode d’introduction, sans doute un peu trop classique mais efficace. Et comment oublier le dialogue surréaliste entre Sinclair et Kosh, l’énigmatique ambasseur Vorlon :

Kosh: They are alone. They are a dying people. We should let them pass.
Sinclair: Who, the Narn or the Centauri?
Kosh: Yes.

1×02 – « Soul Hunter » : Un étrange extra-terrestre arrive, blessé, sur Babylon 5. Delenn, l’ambassadeur Minbari, l’identifie comme un chasseur d’âmes, capable de capturer l’âme d’un être au moment de sa mort. Sa présence inquiète les extra-terrestres de la station et le commandant Sinclair doit réagir. L’histoire de l’épisode en soi n’a rien d’exceptionnelle, mais certains allusions à des événements futurs sont sympathiques à voir quand on a vu la suite.

1×03 – « Born to the Purple : Un épisode centré sur Londo Mollari, un personnage complexe et passionnant. Séduit par une esclave danseuse, l’ambassadeur met en danger la République Centauri. L’histoire secondaire autour de Susan Ivanova est très bonne et apporte un peu d’humanité à un personnage qui était froid et sans relief dans les deux premiers épisodes.

Ego Trip

It did for me. I found you.

I want you to have this. It’s a penny I carry around with me for good luck. It’s from the year I was born, see ? Who knows ? Maybe it’ll bring you good luck. It did for me. I found you.

(Fantasies Come True, Avenue Q)