Non ma fille, tu n’iras pas danser

Non ma fille, tu n'iras pas danser

Non ma fille, tu n'iras pas danser

Christophe Honoré m’avait enthousiasmé avec Les chansons d’amour. Il m’avait touché avec La belle personne. Il m’a déçu avec Non ma fille, tu n’iras pas danser.

Que dire ? Malgré le talent de Chiara Mastroianni et de Marina Foïs, malgré le charme de Louis Garrel, je me suis ennuyé pendant tout le film, accablé par l’ambiance lourde et pesante. Incapable de me prendre au jeu, je suis passé complètement à côté de l’histoire de Léna et de sa famille. J’ai parfois ri, j’ai parfois été ému, mais je n’ai jamais été emporté. Après les deux derniers bons long-métrages de Christophe Honoré, c’est sans doute ce que je reproche à ce film : m’avoir laissé indifférent.

  1. C’est vrai, cette femme est top instable, énervante, pour qu’on se sente en empathie avec elle. Je suis déçue, j’attendais beaucoup ce film… et Louis Garrel, qui n’est pas mis en valeur comme il le mérite. Je ne reconnais pas le cinéma d’Honoré que j’aimais.

    Reply

  2. Tout à fait d’accord, beaucoup trop de poncifs et de déjà vu, une tentative de changer de style vraiment ratée…

    Reply

  3. […] Non ma fille, tu n’iras pas danser, car même Christophe Honoré peut complètement rater un film. […]

    Reply

  4. […] de La princesse de Clèves. Au rayon des échecs, je me souviens en particulier du catastrophique Non ma fille, tu n’iras pas danser et sa réplique restée culte pour moi sur les endives […]

    Reply

Leave a Reply

%d bloggers like this: