Les escrocs

Les escrocs

Les escrocs

Publié en 2004, Les escrocs est le premier roman de Jacques Gary, présenté sur la quatrième de couverture comme scénariste et réalisateur pour le cinéma et la télévision. J’avoue que cet auteur m’était totalement inconnu avant de lire ce livre et une recherche rapide sur Google ne m’a permis d’obtenir plus d’informations sur ses autres oeuvres. Peut-être s’agit-il d’un pseudonyme utilisé pour l’écriture de ce roman.

Il n’est pas impossible que Christian Leroy soit un cinéaste doué, peut-être même un génie méconnu. Mais comme il n’a rien réalisé depuis vingt ans, il ne lui reste que sa vie à mettre en scène. Et puisqu’il vient d’être expulsé de son appartement, il est urgent pour lui de s’accrocher à un nouveau scénario d’existence. C’est alors qu’il rencontre Stéphane, qui tombe éperdument amoureux de lui.

De l’arnaque amoureuse au détournement d’une immense fortune, Christian passe avec succès les étapes de son nouveau destin. Et se révèle un manipulateur hors pair. Jusqu’à ce que l’amour, le vrai, vienne à son tour brouiller les cartes.

Le début du roman m’a bien plu : j’ai apprécié le jeu de dupes entre les différents personnages, les petits et gros mensonges, les questions sur l’identité, les manigances et les manipulations en tous genres. La suite m’a moins séduit : l’histoire finit par devenir lassante, les rebondissements semblent artificiels et mal ficelés. J’ai également eu du mal à m’attacher aux personnages. Christian, le personnage principal, est aussi agaçant que pathétique. Les autres personnages sont trop lisses, ni sympathiques ni antipathiques, juste sans âme, sans saveur. Pour moi qui accorde beaucoup d’importance aux personnages d’une oeuvre, quelle soit littéraire ou cinématographique, ce défaut a malheureusement été rédhibitoire pour ce roman.

Les escrocs, Jacques Gary

Denoël, ISBN 2-207-25617-0

Note : ★★/☆☆☆☆☆

Leave a Reply

About Zéro Janvier

Blogueur. Lecteur obsessionnel, sériephile assidu, cinéphile occasionnel, amateur de comics. Citoyen engagé.