Peaky Blinders (saison 2)

p027q1hz

Cela fait seulement une semaine que j’ai terminé la première saison de Peaky Blinders, et je reviens déjà pour parler de la deuxième saison. Il faut dire pour ma défense que chaque saison ne comporte que 6 épisodes et que cela passe à une vitesse folle.

Cette deuxième saison commence deux ans après la fin de la première. Nous sommes désormais en 1921, Thomas Shelby s’apprête à entraîner les Peaky Blinders dans un plan ambitieux et un peu fou pour étendre leur territoire d’influence et conquérir Londres. Le récit se partage ainsi entre Birmingham, le berceau et terrain de jeu d’origine des Shelby, et Londres où leur arrivée ne va pas faire que des heureux.

En parallèle de la lutte des Peaky Blinders pour la conquête de la capitale anglaise, nous assistons aux manigances de Chester Campbell, l’inspecteur des services spéciaux de Sa Majesté, pour se venger de sa némésis Thomas Shelby. On retrouve également avec plaisir Polly Shelby, la tante de Thomas, qui va tenter de retrouver son fils et sa fille qui lui ont été enlevés lorsqu’ils étaient petits.

peaky-blinders-544d897ee2b57

Cette saison m’a semblé plus violente que la première, avec également  un rythme peut-être plus rapide mais toujours une forte intensité tout au long des six épisodes qui la composent. S’il y a des temps faibles dans le rythme, ils sont voulus et maîtrisés, comme une accalmie avant la tempête. L’univers de la série s’enrichit, à la fois géographiquement et avec de nouveaux personnages, mais cela ne se fait pas au détriment de la qualité du scénario, qui reste parfaitement écrit et prenant du début à la fin. La saison s’achève sur un épisode de haut niveau, qui conclut certaines intrigues tout en laissant des portes ouvertes pour la suite.

Les décors sont toujours aussi magnifiques et réalistes, d’autant qu’ils gagnent en variété. Là où la première saison restait cantonnée dans les quartiers ouvriers et portuaires de Birmingham, celle-ci nous emmène à Londres, y compris dans des quartiers plus chics que ceux que les les Shelby avaient l’habitude de fréquenter jusque là.

Je ne reviendrai pas sur la qualité des acteurs, toujours aussi bons, en particulier Cillian Murphy dans le rôle de Thomas Shelby et à Helen McCrory dans celui de sa tante Polly, et une mention spéciale pour le prometteur Finn Cole qui interprète Michael, un nouveau venu dans l’entourage des Peaky Blinders auquel je prédis un grand avenir.

image136

Cette deuxième saison confirme toutes les qualités de la série, on y retrouve les ingrédients de la première saison mais en les chauffant plus fort encore. Le cocktail est explosif mais passionnant. J’ai encore deux saisons à regarder sur Netflix et il ne fait aucun que si la qualité reste aussi bonne, je vais les regarder à toute vitesse et Peaky Blinders rejoindra directement le panthéon de mes séries préférées, par très loin de The West Wing, The Wire et The Sopranos.


Vous voulez m’aider ?

Publicités
  1. […] est déjà bouclée et je peux passer à la suivante. Ainsi, une semaine après avoir terminé la saison 2, je suis déjà de retour pour parler de la troisième […]

    J'aime

    Réponse

  2. […] la première, la deuxième, et la troisième, j’ai terminé ce week-end la quatrième saison de Peaky Blinders. Il ne […]

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :