Autoportrait à la guillotine

814N-UbkWsL

J’enchaine des lectures en service de presse en ce moment, autant par plaisir que par souhait de tenir mes engagements auprès des auteurs ou des éditeurs qui ont accepté de me faire confiance. Cette fois encore, il s’agit d’un livre reçu gracieusement en version numérique par l’intermédiaire de la plateforme NetGalley.fr que j’apprends à redécouvrir avec joie.

C’est au tour de Christophe Bigot et de son roman Autoportrait à la guillotine de mettre la tête sur le billot, si je peux me permettre l’expression. Le résumé m’avait intrigué :

« Longtemps, j’ai cru que j’avais été guillotiné dans une vie antérieure. Cet aveu a toutes les allures d’une énormité, je sais. Tout ce que je puis dire à ma décharge est que ma croyance est révolue – quoiqu’elle fasse encore partie de moi. Il y a quinze ans, souffrant de problèmes de dos, j’ai consulté sur le conseil d’une amie un masseur versé en sophrologie. Tout en me pétrissant les lombaires, il m’a questionné sur mon passé. Avec une certaine réticence, j’ai évoqué cette croyance déjà ancienne. Lui a pris la chose très au sérieux. Aussi sec, il m’a parlé d’une patiente qui ressentait des douleurs aiguës entre les omoplates. Elles s’expliquaient, à l’en croire, par des coups de poignard reçus au xve siècle, alors que la dame était assaillie par des Ottomans en plein marché. J’ai trouvé ça exotique. Poétique, presque. En même temps, je me suis retenu de rire. Quand il est question de moi, hélas, je suis incapable de la même légèreté. »

Comment guérir l’obsession d’une vie ? A la créativité instinctive de l’enfance répondent les armes de l’âge adulte : l’humour et la volonté de comprendre. Entre les deux, l’amour maternel, indéfectible.

Si le résumé m’avait intrigué, je ne savais pas à quoi m’attendre, d’autant que les premières critiques que j’avais lues sur Goodreads par exemple n’étaient guère flatteuses. Comme souvent dans ce genre de cas, ça passe ou ça casse. Je ne vais pas laisser le suspense s’installer plus longtemps : j’ai aimé ce roman.

Dans ce roman autobiographique, l’auteur nous raconte son obsession pour la guillotine, qui l’a traumatisé dès son plus jeune âge. Enfant et jeune adolescent, il se passionne pour la Révolution Française et ses grandes figures, en particulier Camille Desmoulins auquel il consacrera plus tard son premier roman. Plus tard, découvrant que la guillotine n’a pas été reléguée aux oubliettes à la fin de la Révolution et qu’elle a au contraire servi d’instrument de mort jusqu’à peu de temps après sa naissance, l’adolescent s’intéresse de près à la peine de mort et à son abolition. Cette double passion pour la Révolution et pour l’abolition de la peine de mort va forger sa sensibilité politique.

J’en veux à la génération de mes parents, de mes grands-parents, dont l’inertie en la matière m’indigne : comment cent cinquante ans peuvent-ils séparer Le Dernier Jour d’un Condamné de la loi Badinter ?

Mon obsession n’a pas seulement accouché d’une vocation d’écrivain. Elle m’a offert, après bien des détours, une conscience politique.

En fil rouge, la guillotine reste pour lui le symbole de ses interrogations et ses angoisses vis-à-vis de la mort. A travers ce récit, Christophe Bigot nous décrit également son enfance, son adolescence et sa vie de jeune adulte, des années 1970 à 2000, et ses relations avec ses parents. C’est le volet plus intimiste de ce roman, où la mort plane jusqu’à ce qu’elle touche la mère du narrateur-auteur, décès maternel qui coïncide semble-t-il l’écriture du roman.

Je contemple, avec les yeux si bienveillants de ma mère, l’enfant de six ans, de dix ans, de treize ans que j’ai été. J’ai envie de le prendre dans mes bras, cet enfant, de lui dire de ne pas avoir peur. Mais je vois bien que c’est lui qui me regarde, de l’autre rive du fleuve, et qui me rassure. Lui qui est tellement plus fort que moi, parce qu’il a porté tout ce poids sur des épaules tellement plus frêles. C’est lui qui me dit de ne pas avoir peur, ni de vivre ni de mourir. Je crains hélas de n’en avoir jamais fini, avec la peur comme avec le chagrin. Mais je lui promets d’essayer.

Autoportrait à la guillotine porte bien son titre. C’est un roman à la fois intimiste et historique, un mélange des genres que j’apprécie quand comme ici il sait passer de l’un à l’autre avec talent et délicatesse. Le lien entre l’histoire personnelle et la grande Histoire est joliment amené dans le texte de Christophe Bigot. Cette lecture a été très plaisante : pour preuve, il ne m’a fallu que deux jours à peine pour lire les 225 pages de ce roman.


Autoportrait à la guillotine, Christophe Bigot

Note : ★★★★☆


Vous voulez m’aider ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :