Omar et Greg

810+2AnrItL

J’ai relativement de la chance en ce moment avec mes lectures en service de presse. Toujours grâce à NetGalley.fr qui m’avait permis récemment de découvrir l’excellent roman Un gentleman à Moscou, j’ai eu l’occasion cette fois de lire en avant-première cet ouvrage de François Beaune : Omar et Greg, qui sortira le 14 septembre prochain dans toutes les bonnes librairies (et sans doute également dans les mauvaises).

François Beaune est un journaliste et écrivain que je ne connaissais pas, même si j’ai découvert pendant ma lecture qu’il était l’auteur d’un roman intitulé Un homme louche que j’avais lu il y a plusieurs années et qui ne m’avait pas particulièrement plu. Comme quoi, il ne faut jamais se contenter de la première impression avec un écrivain !

Ici, François Beaune nous propose une rencontre avec deux hommes au parcours à la fois typique et atypique de beaucoup de concitoyens français :

« On ne pense pas de la même façon le ventre vide et le ventre plein ».

Omar et Greg sont deux enfants d’ouvriers. Deux jeunes nés et grandis dans des ZUP. Le petit fils d’Algérien engagé dans l’armée française, chasseur de skins à l’adolescence, est travailleur social ; l’Italo-Tunisien, cheminot homo formé à la lecture de Jaurès et de Che Guevara, est devenu militant de carrière. Après mille expériences entre Reims et Vaulx- en-Velin, Bordeaux et Marseille, tous deux se retrouvent un jour à proposer au Front national un projet politique aberrant : faire entrer la communauté musulmane au FN.

L’itinéraire de ces deux citoyens engagés et enragés témoigne de la manière dont la France accueille et forme (ou pas) ses enfants de l’immigration : quartiers, racisme, religion, éducation, sexualité, engagement, rapport à l’autre … Omar et Greg cherchent leur place avec une interrogation obsédante sur ce que c’est qu’être français.

L’écrivain François Beaune, connu pour ses Entresorts et ses Histoires vraies, a connu Omar et Greg dans le quartier de la porte d’Aix, à Marseille. Il les a rencontrés, écoutés, enregistrés, et en a tiré cette fresque sociale, récit d’une amitié hors norme et portrait croisé de deux citoyens qui, par leurs contradictions, incarnent un destin français.

Le livre commence doucement, je n’ai pas tout de suite accroché, peut-être parce que je n’avais pas de sympathie particulière pour les deux protagonistes. Le récit de leur jeunesse respective à Reims et dans le Rhône n’est pas passionnant, même s’il est symptomatique de la société française et de son évolution, entre montée des tensions sociales et « ethniques » et déclassement des classes moyennes et populaires.

La suite m’a plus emballé, avec le récit de leur engagement militant : d’abord dans deux camps opposés, l’un à gauche au Parti Socialiste et à SOS Racisme, l’autre au Front National ; puis ensemble, à la tête d’une initiative un peu folle de créer un pôle « patriotique social » au FN, avec en toile de fond une tentative de réconciliation du Front National avec les musulmans de France.

Je ne partage évidemment pas toutes les opinions d’Omar et Greg, mais j’ai aimé le récit de leurs combats politiques et la part d’honnêteté intellectuelle que je dois leur reconnaître en lisant leurs propos tels que François Beaune les relate. Même sans me reconnaître dans leurs idées, je dois saluer la cohérence de leur parcours et une certaine noblesse dans leurs combats.

Au-delà de la personnalité et du parcours des deux protagonistes qui donnent leur nom au livre, c’est le portrait d’une France blessée, divisée, contrastée, en souffrance, un panorama de cette France dite périphérique, déclassée, délaissée dont on nous parle en permanence dans les médias en feignant de s’y intéresser mais sans s’attaquer aux causes du phénomène. C’est en cela que ce livre est passionnant, par son interrogation sur ce qu’est la France, sur ce que c’est d’être français. Omar et Greg sont deux exemples de ce peut être la citoyenneté française, avec des parcours différents, des croyances différentes, mais un même sentiment d’appartenance à une même communauté, une même nation.

J’ai relevé de nombreuses citations en lisant ce livre, et je vous propose d’en découvrir quelques unes, pour mieux comprendre le propos de ce livre assez particulier mais passionnant.

Sur l’immigration :

L’immigration, ça existera toujours. Tu mets un enfant qui sait marcher au milieu d’une pièce, tu fais plus attention, le gosse il est déjà à l’autre bout de la rue. Les gens sont faits pour marcher, voyager, bouger. Les migrations, en soi, c’est naturel. Maintenant quand ces vagues sont créées dans les intérêts de Bouygues, Bolloré, Vinci, Total, qui ne payent pas leurs impôts en France, et qu’on envoie nos soldats se faire crever pour leurs projets à l’étranger, on doit réagir. Il faut arrêter toutes ces guerres coloniales. Le devoir universel de la France, c’est de tout faire pour instaurer la paix. Alors que là c’est nous qui déclarons la guerre.

Sur le système qui divise :

Je crois que le système diviseur joue sur les cordes sensibles, un coup sur la religion, un coup sur les ethnies, un autre sur les classes sociales. Un anarchiste, un skinhead, un Maghrébin, tous ceux-là se tapent dessus, alors que le système est en train de s’engraisser et tire tous les marrons du feu.

Sur les politiques culturelles dans les banlieues :

C’est un drame de faire des gens acculturés, qui n’ont aucun sentiment d’appartenance à ce pays. L’éducation nationale est dévoyée, parce que la pensée dominante, majoritaire, est de gauche, et eux visent à virer tout ce qui est patriotique, à faire de nos gosses des citoyens déstructurés, sans appartenance charnelle avec la France. Exactement ce qu’on a vécu dans les centres sociaux. Toutes les MJC où j’ai été, où j’ai grandi, on ne t’apprend pas la culture française, au contraire, on te maintient dans ta culture d’origine, djembé, rap, raï, on accentue l’appartenance ethnique, on fait la promotion des cultures communautaires. Les animateurs sont pas payés pour faire de toi un bon Français, mais pour te tenir au calme.

Sur la jeunesse :

Quand on renie l’Histoire, quand tu as pour référent Cyril Hanouna ou Nabila, le mépris des politiques et la misère dans des centaines de ghettos, quand il y a pas d’avenir, pas de vision globale, à un moment tu fais quoi ? La jeunesse, elle cherche un idéal, trouver une place dans la société, accomplir quelque chose et s’accomplir. Le jeune, il est responsable de ses actes, mais il est pas coupable. Les coupables c’est ceux qui ont créé cette situation, qui alimentent la division, qui laissent partir ces jeunes en les montrant du doigt avec leurs pseudo-lois ridicules de déchéance de nationalité, comme si ça allait empêcher un type de se faire sauter. Les coupables c’est les Valls, les Hollande, les Sarkozy, les Macron.


Omar et Greg, François Beaune

Note : ★★★★☆


Vous voulez m’aider ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :