Silas Corey – Le Réseau Aquila 1/2

810u5ZKXPkL

Je poursuis ma lecture des bandes dessinées que j’ai empruntées à la médiathèque ; comme j’aime insister quand je découvre un auteur qui me plait, il s’agit encore d’une série de BD scénarisée par Fabien Nury, également auteur de plusieurs bandes dessinées dont j’ai parlé ici récemment : Mort au Tsar (1. Le Gouverneur et 2. Le Terroriste), La mort de Staline (1. Agonie et 2. Funérailles) et Je suis Légion (1. Le Faune dansant, 2. Vlad, et 3. Les trois singes).

Il s’agit cette fois d’une série en bande dessinée intitulée Silas Corey, du nom de son personnage principal, présenté en quatrième de couverture comme détective, espion et tueur :

Détective. Espion. Tueur. Héros ou escroc, ça dépend de l’employeur…

Avril 1917. La guerre fait rage dans toute la France. À Paris, l’opposition menée par Georges Clemenceau tente de faire tomber le gouvernement Caillaux…

Silas Corey, ancien reporter, agent du 2e Bureau, détective et aventurier à plein temps, est engagé par Clemenceau pour retrouver un reporter disparu. Ce dernier aurait recueilli des preuves de la trahison du chef du gouvernement. Corey, non content d accepter la mission, vend aussitôt ses services au 2e Bureau et à Mme Zarkoff, industrielle de l’armement compromise dans l’affaire. Fort de ses trois salaires, Corey se lance sur la piste du reporter, et ne tarde pas à croiser le chemin du redoutable espion Aquila, qui dirige les opérations du Kaiser en France… L’issue de la guerre pourrait bien dépendre du résultat de son enquête. Mais au fait, quelqu’un sait-il pour qui Silas Corey travaille vraiment ?

J’aime le format des séries de BD de Fabien Nury, toujours composées d’un nombre restreint de volumes. Dans le cas présent, nous avons droit à deux histoires de deux albums chacune. La première s’appelle Le Réseau Aquila et c’est le premier des deux épisodes qui la composent que je viens de lire et donc je vous parle ici.

Le cadre est posé dès les premières pages : nous sommes en 1917, la guerre mondiale ravage le territoire français et la population est lasse de ce conflit qui devait durer quelques semaines lorsqu’il a débuté en 1914 mais qui perdure depuis maintenant trois ans.

71qiTXglEhL

George Clémenceau est dans l’opposition et est prêt à tout pour faire tomber le gouvernement de son éternel rival Caillaux, qu’il soupçonne d’être un traître à la patrie. Il engage le détective Silas Corey, aux méthodes atypiques, pour retrouver un reporter qui aurait découvert la preuve de la trahison commise par le Président du Conseil. C’est le début d’une aventure d’espionnage aux ramifications politiques, économiques, militaires et internationales.

Cette bande dessinée tient sur deux piliers : d’une part l’utilisation du cadre historique de la Grande Guerre dans un récit d’espionnage passionnant, dont je viens de parler ; d’autre part le personnage de Silas Corey, ancien soldat dans les tranchées, blessé au combat, et reconverti en détective. Mi-dandy, mi-tueur de sang froid, c’est aussi un individu sans scrupules qui n’hésite pas à vendre ses services à plusieurs employeurs, même concurrents. Malgré tous ses défauts, difficile de ne pas s’attacher à ce personnage fantasque et intriguant !

J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce premier épisode, c’est un excellent divertissement historique, et je vais m’empresser de lire la suite.


Silas Corey – Le Réseau Aquila 1/2, scénario : Fabien Nury, dessin : Pierre Alary

Note : ★★★★☆


Vous voulez m’aider ?

4 thoughts on “Silas Corey – Le Réseau Aquila 1/2

Leave a Reply

About Zéro Janvier

Blogueur. Lecteur obsessionnel, sériephile assidu, cinéphile occasionnel, amateur de comics. Citoyen engagé.