Silas Corey – Le Testament Zarkoff 1/2

81z6Gs2tJGL

Les deux premiers albums de Silas Corey, qui formaient un premier cycle intitulé Le Réseau Aquila (1/2 et 2/2), m’avaient beaucoup plu. En 1917, alors que les combats faisaient rage entre la France et l’Allemagne, le détective inventé par Fabien Nury et dessiné par Pierre Alary enquêtait sur la mort d’un reporter qui investiguait sur une affaire d’espionnage.

Ce nouveau cycle, Le Testament Zarkoff, débute le 11 novembre 1918, jour de l’armistice :

Paris, 11 novembre 1918. Alors que la France célèbre sa victoire sur ce qui fut la guerre la plus sanglante de son histoire, un homme est poignardé au milieu de la foule en liesse. Silas Corey, trop occupé à s’encanailler dans les bouges avec des soldats en goguette, est alerté par son fidèle assistant Nam : la victime, une vieille connaissance du nom d’Albert Percochet, vient de succomber dans leur chambre d’hôtel. Essayant de comprendre les circonstances de sa mort, Corey mène l’enquête et découvre que son ami travaillait pour… Madame Zarkoff !

Retirée dans son manoir en Suisse après l’affaire Aquila, la baronne du trafic d’armes international n’en a plus pour longtemps à vivre. Et sa fortune fait des envieux : les principaux actionnaires de son empire se pressent à sa porte, chacun espérant récupérer sa part du gâteau. Mais il y a une chose qu’ils ignorent : la mère Zarkoff a un héritier et c’est maintenant Silas Corey qui est chargé de retrouver sa trace !

On retrouve ainsi avec plaisir Madame Zarkoff, l’un des employeurs de Silas Corey dans le premier cycle. Désormais mourante, elle souhaite retrouver son hériter, alors que les actionnaires de sa compagnie de vente d’armes se voient déjà se partager l’héritage de leur richissime patronne.

L’action est toujours au rendez-vous, le récit est très bien rythmé, on ne s’ennuie pas une minute en lisant cet album qui nous fait voyager de Paris à Munich, en passant par la Suisse. Le contexte historique est toujours très présent et intelligemment utilisé. Ainsi, on se retrouve dans l’Allemagne d’après-guerre, après l’abdication de l’Empereur et alors que les bolcheviks tentent d’imiter leurs camarades russes pour mettre en place une nouvelle république socialiste. J’aime bien cette façon qu’a cette bande dessinée de mêler intelligement un récit classique d’action et d’enquête à un cadre historique bien mis en valeur.

Avec la première partie de ce nouveau cycle, Fabien Nury et Pierre Alary maintiennent largement le niveau du premier cycle. Je pense que le second album, qui clôture le cycle mais aussi – à ce jour – les aventures de Silas Corey, ne va pas me résister longtemps, tant j’ai hâte de découvrir la suite !

81KFcgFdBNL


Silas Corey – Le Testament Zarkoff 1/2, scénario : Fabien Nury, dessin : Pierre Alary

Note : ★★★★☆


Vous voulez m’aider ?

Publicités
  1. […] Le deuxième cycle de Silas Corey, la bande dessinée d’action historique de Fabien Nury et Pierre Alary s’achève avec ce second album Le Testament Zarkoff 2/2, que j’ai dévoré ce matin après en fait de même hier avec le premier. […]

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :