Silas Corey – Le Testament Zarkoff 2/2

81B6+ooxjzL

Le deuxième cycle de Silas Corey, la bande dessinée d’action historique de Fabien Nury et Pierre Alary s’achève avec ce second album Le Testament Zarkoff 2/2, que j’ai dévoré ce matin après en fait de même hier avec le premier.

Madame Zarkoff est morte à la fin du premier volume et la bataille pour son héritage s’accélère :

Novembre 1918. Pour des millions de Français, la guerre est terminée … Pour Silas Corey, elle ne fait que commencer.

Infiltré en Bavière, Silas Corey n’a pas pu mettre la main sur l’héritier de la mère Zarkoff. Il a néanmoins retrouvé sa femme, Nina Zichler. Il a surtout découvert le triste état dans lequel se trouve cette Allemagne sortant de la guerre… En faillite, le pays traverse une crise profonde. La colère gronde parmi le peuple et un mouvement, foncièrement antibolchévique et antisémite, commence à prendre de l’ampleur. S’inspirant des exploits mythologiques du dieu Wotan, il milite pour la restauration de la grandeur de l’Allemagne. Et celui qui est à sa tête pourrait bien être le même qui cherche à s’emparer de l’empire Zarkoff… S’il veut empêcher ça, Silas doit à tout prix protéger Nina, pourchassée et menacée de mort. Mais derrière eux, l’Histoire est déjà en marche… et elle n’est pas belle à voir.

Je crois que j’ai encore plus aimé cet épisode que le précédent, et que j’ai encore plus aimé ce cycle que le premier (Le Réseau Aquila, dont je vous ai parlé très récemment avec les deux épisodes 1/2 et 2/2).

L’intrigue est sympathique mais c’est surtout le cadre historique de ce second cycle qui m’a passionné. Nous sommes plongés dans l’Allemagne au lendemain de la Première Guerre Mondiale : les bolcheviks tentent d’instaurer une république socialiste sur le modèle de leurs camarades russes ; de son côté la bourgeoisie allemande, soutenue en sous-main par les puissances occidentales, dont la France, veut empêcher le pays de basculer dans le communisme, quitte à puiser dans les pulsions revanchardes et antisémites de leurs concitoyens.

C’est le terreau de la montée du nazisme en Allemagne qui est présenté par Fabien Nury et Pierre Alary dans cet album. Tout est ainsi résumé dans le dialogue final entre Silas Corey et son fidèle assistant Nam :

– Monsieur a-t-il apprécié son séjour à Munich ?

– Modérément.

– Il parait pourtant qu’il y a de belles choses à voir, dans cette ville.

– Je vais te dire ce que j’ai vu, Nam. J’ai l’avenir … et il ne m’a pas plu.

C’est une très belle conclusion à un cycle passionnant et de très bonne qualité historique. C’est assez remarquable d’avoir réussi à mêler une intrigue haletante d’action et d’enquête avec un contexte historique finement représenté. Tout ce que j’aime dans la bande dessinée !


Silas Corey – Le Testament Zarkoff 2/2, scénario : Fabien Nury, dessin : Pierre Alary

Note : ★★★★☆


Vous voulez m’aider ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :