Livres & Romans

Jour J – 7. Vive l’Empereur !

81AqdgO-gmL

Après avoir lu les quatre premiers volumes de la collection Jour J (Les Russes sur la Lune, Paris, secteur soviétique, et le diptyque composé de Septembre rouge et Octobre noir), j’ai sauté volontairement quelques albums de la série pour me consacrer à des uchronies qui ‘intéressaient plus que celles proposées dans l’ordre strict de parution.

Dans Vive l’Empereur !, le septième volume de Jour J, l’Histoire a divergé de son cours normal en 1802, lorsque Napoléon Bonaparte a signé un traité avec le Royaume-Uni pour se partager le monde : l’Empire français prenait possession du continent européen tandis que les britanniques pouvaient assouvir leur domination sur le reste du globe, notamment le continent nord-américain qui a été reconquis par les anglais.

En 1925, la dynastie napoléonienne est toujours au pouvoir et domine un empire qui englobe toute l’Europe continentale. L’invention de Nikola Tesla, l’électricité, a été utilisée par l’Empire pour développer une technologie et un armement qui dépasse ceux de leurs rivaux. Deux autres puissances entourent en effet l’Empire français : la Grande-Bretagne, toujours surpuissante sur les mers, et la Chine, qui a étendu son influence jusqu’aux frontières orientales du territoire napoléonien. En Europe, les nationalismes ont été étouffés mais la moindre étincelle peut raviver les braises des revendications locales.

Quand le récit débute, Napoléon V, le dernier hériter en date du trône impérial, s’apprête à être couronné en présence du roi britannique, reçu à Paris pour la première fois depuis plus d’un siècle. Une invention d’Arturo Fermi, capable de générer une énergie incroyablement puissante, fait l’objet de la convoitise des ennemis de Napoléon. Un capitaine déchu de l’armée impériale est alors contacté pour empêcher le pire.

L’album est ensuite un récit classique d’action, d’espionnage, et de complot international. Cela fonctionne plutôt bien, et j’ai vraiment aimé le cadre de cette histoire alternative. On retrouve, dans des rôles plus ou moins différents, plusieurs personnalités de notre Histoire : Philippe Pétain est un colonel de l’armée napoléonienne, décrit comme « antipathique, zélé et efficace », le caporal autrichien Adolf Hitler est un terroriste d’une société secrète germanique qui s’en prend aux traitres et aux juifs, et on aperçoit également Jaurès, Trotsky, Gaston Leroux et Albert Londres. Sont également cités, de façon plus anecdotique, De Gaulle et Staline. Sans oublier Mata Hari, la danseuse-espionne qui est l’antagoniste principale du récit.

J’ai trouvé cet album plutôt réussi. Comme c’est souvent le cas depuis que j’ai commencé à lire cette collection, l’intérêt vient surtout du cadre historico-uchronique, car l’intrigue elle-même est souvent classique, mais ce sont surtout le cadre alternatif décrit dans l’album et les conséquences du récit sur la suite de l’Histoire qui sont dignes d’intérêt.


Jour J – 7. Vive l’Empereur !, Fred Duval et Jean-Pierre Pécau

Note : ★★★★☆

Comics & BD

Jour J – 4. Octobre noir

81g0VHbuPYL

La série de bande dessinée uchronique Jour J se poursuit avec son quatrième volume : Octobre noir. La particularité de cet épisode est de poursuivre le récit du volume précédent, Septembre rouge que j’ai lu juste avant et dont je vous avais parlé ici.

Le récit reprend peu de temps après la fin de l’épisode précédent :

1917. Bonnot et Blondin, envoyés en Russie par Clemenceau pour assassiner le tsar, arrivent au moment où Lénine rassemble ses troupes. Mais ils commencent à douter : et si les Bolcheviks, une fois au pouvoir, remplaçaient un autocrate par un autre ? Aidé par les marins anarchistes de l’île de Kronstadt, le duo se lance dans un pari fou dont le résultat ne sera pas celui attendu par Clemenceau …

Nous sommes toujours dans une Europe uchronique de 1917, où la France a été vaincue très tôt dans la Première Guerre Mondiale et où le Kaiser allemand et le Tsar russe s’apprêtent à signer un accord de paix qui entérinera la domination allemande sur l’Europe occidentale.

Réfugié à Alger où il dirige le gouvernement en exil de la France libre, à l’image de De Gaulle entre 1940-1944, Clemenceau a envoyé un drôle de duo pour mener un action de choc : assassiner le Tsar pour faire échouer l’accord de paix germano-russe. Ce drôle de duo est composé de Blandin, le commissaire de police fidèle au Tigre, et de Bonnot, l’anarchiste de la fameuse bande qui porte son nom. Après avoir permis l’évasion de Bonnot de sa prison au large de Marseille, Blandin l’a accompagné en Suisse et on les retrouve désormais en Russie, à Petrograd (anciennement Saint-Petersbourg, capitale de la Russie tsariste).

91k7wVfGb1L

Les deux français, Blandin et Bonnot, soutiennent les efforts révolutionnaires de Lénine, Trotsky et d’une brute géorgienne nommé Staline. Les agents du Kaiser, soutenus par la police secrète tsariste, les pourchassent et vont tout faire pour les arrêter et comprendre ce qu’ils viennent faire en Russie. La Révolution russe va avoir lieu, mais pas forcément de la façon dont elle s’est déroulée en réalité, et c’est l’un des intérêts de cet épisode.

Par rapport à la première partie relatée dans Septembre rouge, j’ai trouvé ce deuxième épisode bien meilleur, avec des enjeux forts et un récit bien mené. Les conséquences des aventures russes de Blandin et Bonnot sur l’histoire européenne sont bien racontées à la fin de l’album, et on assiste ainsi à une seconde uchronie dans l’uchronie, ce qui m’a bien plu.

Je vais certainement me pencher prochainement sur d’autres uchronies proposées dans cette collection Jour J, et je ne manquerai pas de vous en parler ici !


Jour J – 4. Octobre noir, Fred Duval et Jean-Pierre Pécau

Note : ★★★★☆