Sir Arthur Benton, cycle II : La guerre froide

51ysQMeNINL

Le premier cycle de Sir Arthur Benton m’avait beaucoup plu. En trois albums très réussis, cette bande dessinée historique montrait parfaitement la complicité (au moins passive, si ce n’est active) des démocraties occidentales face à la montée d’Hitler et du nazisme, qu’ils pensaient utiliser pour lutter contre Staline et le communisme.

Le second cycle, lui aussi composé de trois albums, s’intitule La guerre froide et nous emmène des années 1945 à 1953, entre la fin de la Seconde Guerre Mondiale et la mort de Staline.

Au début du premier album, le colonel Marchand, agent des services secrets français, rejoint l’Organisation, un groupe d’espionnage co-fondé par Churchill et De Gaulle, indépendant des secrets secrets officiels, destiné à lutter contre la menace communiste en Europe. Sir Arthur Benton est le chef de cette nouvelle organisation, et retrouve donc Marchand qui a passé des années à le pourchasser avant et pendant la guerre. Ils sont désormais contraints à travailler ensemble face à leur ennemi commun.

1945 … La Seconde Guerre Mondiale est terminée. Une autre, plus sournoise, commence. Pour lutter contre le « communisme » en Europe, de Gaulle et Churchill décident de former un groupe autonome de leurs services secrets : « l’Organisation ». Elle dispose de moyens illimités pour entrer dans ce que l’Histoire va appeler « la guerre froide ». Sir Arthur Benton, l’espion aux multiples facettes, redevient opérationnel : il a déjà choisi son camp. Lequel ? …

Le premier album, L’Organisation, relate les débuts de l’Organisation puis se déroule principalement à Berlin, où les forces d’occupation ont divisé la ville en quatre secteurs, soviétique, américain, britannique et français. La capitale allemande est déjà le symbole de la lutte d’influence que vont se mener l’Union Soviétique et les nations occidentales menées par les Etats-Unis. Marchand et Benton cherchent d’anciens nazis qui cherchent à échapper à la justice. J’ai trouvé cet album plaisant mais un peu faible par rapport à la qualité du premier cycle.

51jEg4VzrVL

Blocus de Berlin (24 juin 1948 – 12 mai 1949) … Entre Soviétiques et alliés d’hier, la tension atteint son paroxysme. Assistera-t-on au début d’une nouvelle guerre mondiale alors que l’on vient tout juste de sortir du conflit le plus meurtrier de l’Histoire ? Depuis son Quartier Général situé dans l’ex- capitale allemande, « L’Organisation » dirigée par Sir Arthur Benton lutte contre les agents secrets du MGB. Or, Marchand « l’incorruptible » est approché par une troublante jeune femme au moment même où il doute de son supérieur hiérarchique. Va-t-il se confier, au risque de mettre en péril sa mission en Tchécoslovaquie, où un coup d’État se prépare ?

Le deuxième album, Le coup de Prague, m’a semblé meilleur, renouant avec les qualités du premier cycle. L’URSS impose un blocus sur Berlin, que les Etats-Unis contrent avec un pont aérien. La tension est à son comble. Dans le même temps, la Tchécoslovaquie vit des heures sombres : le gouvernement d’union nationale, auquel participent les communistes, vit ses dernières heures alors que l’URSS intrigue pour mettre en place un régime communiste à sa botte. Le coup de Prague est parfaitement raconté dans cet album passionnant.

71mHwhUClrL

1948… Le colonel Marchand a succombé aux charmes de la belle et mystérieuse Rosa. Mais à qui peut-on se fier en ces temps de Guerre froide, où les Alliés d’hier sont devenus des ennemis ? Quand trois membres de l’Organisation dirigée par Sir Arthur Benton sont trahis par des agents doubles, Marchand décide de passer à l’offensive … Entre amour et devoir, il devra choisir …

Le troisième album m’a malheureusement un peu déçu. Le résultat est finalement plus proche du premier que du deuxième album. L’Organisation soutient le leader yousgoslave Tito, communiste mais dissident du bloc soviétique. On voit ainsi comment les démocraties ont soutenu un régime qui n’avait rien à envier aux méthodes totalitaires de Staline, les opposants yougoslaves étant arrêtés et exécutés comme en URSS. Le sang coule abondamment dans cet album, mais ce qui m’a le plus gêné c’est le manque de ligne directrice, les événements s’enchainent mais j’ai eu du mal à y décerner une logique d’ensemble.

Globalement, ce second cycle est plaisant à lire mais m’a moins plu que le premier. L’intérêt principal réside toujours dans le cadre historique qui y est décrit : les lendemains de la Seconde Guerre Mondiale, la dénazification, les débuts de la guerre froide, le blocus de Berlin, le coup de Prague, la prise de pouvoir de Tito en Yougoslavie et sa prise de distance avec le bloc soviétique, et pour finir la mort de Staline et la lutte pour sa succession.


Sir Arthur Benton, cycle II : La guerre froide, Tarek (scénario) et Vincent Pompetti (illustrations)

Note : ★★★☆☆

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :