Château de femmes

71sdYbmFxKL

Château de femmes est la traduction en français du roman The Women in the Castle de l’auteur(e) américaine Jessica Shattuck. La version originale a été publiée en mars 2017 et la traduction dans notre langue, signée Laurence Kiefé et proposée par la maison d’édition JC Lattès, vient tout juste de sortir. J’ai eu la chance de découvrir ce roman en service de presse par l’intermédiaire de la plateforme NetGalley.

Je parle de chance car, sans ménager le suspense, j’ai beaucoup aimé ce roman. Il faut dire qu’il avait tout pour me plaire, à commencer par son résumé :

La Seconde Guerre mondiale vient de s’achever et, dans un château de Bavière en ruines qui accueillait autrefois la haute société allemande, on suit l’histoire puissante de ces trois veuves de résistants allemands dont la vie et le destin s’entrecroisent.

Au milieu des cendres de la défaite de l’Allemagne nazie, dans l’immédiat après-guerre, Marianne von Lingenfels revient dans le château, autrefois grandiose, des ancêtres de son époux, une imposante forteresse de pierre désormais à l’abandon. Veuve d’un résistant pendu à la suite de l’assassinat raté de Hitler, le 20 juillet 1944, Marianne a bien l’intention de tenir la promesse faite aux courageux conspirateurs dont son mari faisait partie : retrouver et protéger leurs enfants et leurs femmes, devenues comme elle des veuves de résistants.

En rassemblant cette famille de bric et de broc, Marianne croit que les chagrins partagés vont les souder. Mais elle s’aperçoit rapidement que ce monde en noir et blanc, plein de principes est devenu infiniment plus complexe et alourdi de sombres secrets qui menacent de les déchirer. Ces trois femmes se retrouvent finalement  confrontées aux choix qui ont défini leurs vies avant, pendant et après la guerre, avec de nouveaux défis à relever.

Tout commence en 1938 lors de la nuit de Cristal. Réunis dans un château bavarois, Albecht et Marianne von Lingenfels ainsi plusieurs de leurs amis, notamment Connie, l’ami d’enfance de Marianne, entrent officiellement en résistance contre le régime nazi. En 1944, plusieurs d’entre eux, dont Albecht et Connie,  sont exécutés après avoir fomenté l’attentat raté contre Hitler.

J’ai été idiot. J’ai été égoïste. J’ai parfois agi en ayant à cœur mes propres intérêts et ceux de notre pays. Mais j’ai toujours pensé que notre avenir en tant qu’individus se fondait dans celui de l’Allemagne. Si moi, en tant qu’être humain, je n’agis pas contre Hitler, alors, je ne peux plus me regarder en face. Si nous, Allemands, n’abattons pas notre propre démon, il ne sera jamais exorcisé.

Le récit reprend alors en 1945, au lendemain de la guerre. Désormais veuve avec trous enfants, Marianne respecte l’engagement pris auprès de son mari de prendre soin des épouses de ses co-conspirateurs, et retrouve Benita, veuve de Connie et mère d’un petit garçon que Marianne a également retrouvé dans un orphelinat. Elles s’installent au château des von Lingenfels, où elles sont rejointes par Ania, une autre veuve qui préfère ne pas trop parler de son passé.

— Je ne sais pas, répond Ania. J’ai fait ce que je croyais bien. Mais je suis mal placée pour en juger.

— Ah ! dit Marianne. Comme toute notre génération, pas vrai ?

Nous suivons alors la cohabitation de ces trois femmes aux caractères et aux trajectoires de vie très différentes et qui ont vécu les mêmes événements chacune à leur façon. Marianne reconstruit ainsi une famille avec ses deux amies et leurs enfants. Le personnage de Marianne est très fort, avec son intransigeance  qu’elle brandit comme un devoir de mémoire envers son mari, son ami d’enfance et tous les résistants disparus en luttant contre les nazis.

Chaque question a sa réponse et, d’après son expérience, on n’a pas toujours envie de ces réponses-là. Puisqu’elle s’occupe de jardins, elle sait que, quand on retourne une pierre, on trouve dessous des vers et des insectes. Parfois même un serpent. Et, puisqu’elle est allemande, elle sait que si on commence à piocher dans une boîte à chaussures remplie de photographies, on trouve des uniformes nazis, des swastikas et des enfants le bras levé pour saluer, Heil Hitler.

J’ai beaucoup aimé ce roman, qui parle très bien de mémoire et de famille. La toute dernière partie, qui se déroule au début des années 1990, est peut-être un tout petit moins intéressante, mais elle reste émouvante et conclut joliment un récit très réussi.


Château de femmes, Jessica Shattuck

Note : ★★★★☆

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :