Le roi Arthur, un mythe contemporain

J’ai beaucoup de temps à consacrer à la lecture en ce moment, et cela me permet de m’attaquer à des livres que je ne prendrais pas forcément le temps ou le courage de lire en temps normal, quand je consacre l’essentiel de mes lectures à des romans. Récemment, j’ai lu ainsi le très bon Super-héros, une histoire politique de William Blanc. Dans la foulée, j’ai enchainé avec un autre ouvrage du même auteur et également édité chez Libertalia, consacré cette fois au mythe du roi Arthur et ses incarnations contemporaines.

Mark Twain, le rappeur Jay Z, Marion Zimmer Bradley, George Romero, Robert Taylor, Alexandre Astier, John Fitzgerald Kennedy, Jack Kirby, Lawrence d’Arabie, John Boorman, les Kinks, les Who, Jackie Kennedy, Steven Spielberg, John Steinbeck, Terry Gilliam, Winston Churchill, Éric Rohmer ou encore Alan Stivell, tous ont en commun d’avoir été influencés par la légende du roi Arthur.

Inventée au Moyen Âge, celle-ci a longtemps été l’apanage des nobles et des souverains qui s’en servaient comme modèle ou comme justification de leurs conquêtes. En grande partie ignorée aux XVIIe et XVIIIe siècles, elle fait un retour fracassant sur le devant de la scène en Angleterre au début de la révolution industrielle. Mais c’est surtout grâce à la culture populaire américaine que se diffuse le mythe de la Table ronde : cinéma, romans illustrés, musiques rock et folk, bande dessinée (notamment les super-héros), et plus récemment jeux de rôles et jeux vidéo.

Ces médias donnent un sens nouveau à la geste arthurienne. On a vu ainsi apparaître des Arthur anticolonialistes, des Lancelot en lutte contre le communisme, des Merlin écologistes, des Morgane féministes.

La légende de Camelot, ici décryptée de façon savante et passionnée, semble en passe de devenir l’un des premiers mythes mondialisés, traversant les continents et les cultures pour mieux questionner les peurs et les espoirs des sociétés contemporaines.

Dans Super-héros, une histoire politique, William Blanc décryptait une forme d’expression artistique et culturelle relativement récente, puisque née au XX° siècle, en montrant comment l’industrie des comics avait été un vecteur de questionnement et de diffusion idéologique dans un monde changeant, avec des préoccupations et des approches mouvantes. Dans Le roi Arthur, un mythe contemporain, William Blanc s’attaque me semble-t-il à une analyse plus ambitieuse encore, par la portée du mythe dont il est question, et par son ancienneté. Ici, on parle d’un mythe datant du Moyen-âge et qui a survécu au fil des siècles.

Ce que William Blanc démontre et analyse parfaitement dans ce livre, c’est comme le mythe du roi Arthur a connu de nombreuses incarnations, toujours en phase avec leurs époques et les préoccupations du moment. Au Moyen-âge, Arthur et les chevaliers de la Table Ronde ont d’abord été des héros chrétiens, opposés aux païens qu’il fallait convertir au christianisme, symbole de la civilisation victorieuse des barbares. Au XIX° siècle, Arthur et ses nobles compagnons représente la toute-puissance de l’Angleterre victorienne, avant qu’au XX° siècle les Etats-Unis s’approprient la légende d’Arthur en se posant comme une nouvelle Camelot, comme l’héritier des anciens empires européens. La deuxième partie du XX° siècle a ensuite vu des incarnations anti-communistes, anti-colonialistes, féministes, écologistes, des grandes figures de la légende du roi Arthur.

Ce ne sont ici que des exemples des incarnations et interprétations du mythe arthurien que l’auteur décrit et analyse dans ce livre, à travers de nombreuses oeuvres culturelles, que ce soit des livres, des films, des séries télévisées, des bandes dessinées, des comics, des jeux vidéos, etc.

Je ne vais pas résumer ici l’ensemble du propos du livre, mais sachez que les 572 pages qu’il contient sont absolument passionnantes, et contiennent en fin de chapitre ou en cahier central des illustrations noir et blanc ou couleur qui complètement parfaitement le texte et permettent de comprendre les évocations de l’auteur.

Ma première lecture de William Blanc sur les super-héros m’avait déjà passionné, mais ce livre m’a encore plus captivé. C’est un mélange parfait entre Histoire, littérature, et culture populaire, que j’ai dévoré en quelques jours. Un livre à la fois passionnant et enrichissant, tout ce que je recherche dans mes lectures.


Le roi Arthur, un mythe contemporain, William Blanc

Note : ★★★★★

Leave a Reply

About Zéro Janvier

Blogueur. Lecteur obsessionnel, sériephile assidu, cinéphile occasionnel, amateur de comics. Citoyen engagé.