Un chien sur la route

J’enchaine actuellement la lecture de romans reçus en service de presse par l’intermédiaire de NetGalley.fr, avec des fortunes diverses : Le monde à nos pieds de Claire Léost m’avait beaucoup plu, avant que Je veux rentrer chez moi de Dominique Fabre ne m’indiffère presque totalement.

Cette fois, il s’agit d’un roman intitulé en français Un chien sur la route, traduction française d’un livre en slovaque de Pavel Vilikovsky, un auteur que je ne connaissais pas du tout mais qui est semble-t-il l’un des grands écrivains slovaques contemporains, si ce n’est le plus grand.

Juste après la chute du mur de Berlin, un intellectuel slovaque obsédé par Thomas Bernhard sillonne « l’Europe des alentours » de son pays, principalement l’Autriche et l’Allemagne. Plus ou moins officiellement chargé de promouvoir sa culture nationale, ce « Slovaque officiel » rencontre des publics au mieux curieux, sinon franchement indifférents. Jusqu’au jour où sa route croise celle de la troublante Grétka, une Autrichienne installée aux États-Unis.

Roman du dépaysement, Un chien sur la route est également une déclaration d’amour joyeuse à la littérature.

Nous suivons donc le périple d’un éditeur slovaque qui parcourt principalement l’Autriche et l’Allemagne dans une sorte de tournée de promotion de la littérature slovaque, peu de temps avec la chute du mur de Berlin.

Malheureusement ce récit m’a profondément ennuyé. Hormis quelques passages plus marquants sur la littérature ou la notion de nation, j’ai eu l’impression de suivre de longs bavardages sur des sujets pas forcément passionnants, notamment sur la question de la nation slovaque. Je connais mal la culture slovaque et son histoire, mais je ne pense pas en avoir appris beaucoup plus en lisant ce roman, tant il m’a semblé s’adresser à un public déjà connaisseur.

J’ai insisté pendant les deux premiers tiers du livre mais j’ai fini par parcourir le dernier tiers en sautant certains passages, tant cela m’ennuyait.

C’est donc une nouvelle déception avec cette lecture qui m’a ennuyé et que j’ai eu du mal à terminer malgré toute ma bonne volonté.


Un chien sur la route, Pavel Vilikovsky

Note : ★★☆☆☆

3 thoughts on “Un chien sur la route

  1. Arf ! J’étais curieuse de découvrir cet auteur et je suis un peu moins motivée, tout de suite. ^^ Peut-être un jour mais pas tout de suite, alors, pour ce livre en particulier. :)

    1. Oh, ne te prive pas non plus de cette lecture à cause de ma critique plutôt négative. J’ai lu d’autres critiques bien plus élogieuses sur ce roman, je pense que chacun peut se faire son propre avis sur ce livre. Je n’y ai pas été sensible, cela ne veut pas dire qu’il est dépourvu de qualités et surtout que d’autres n’y seront pas sensibles.

      1. Je ne l’ai pas encore acheté donc il va attendre un peu de fait, mais je m’ennuie vite alors j’avoue que j’hésite quand même pas mal. Mais les éditions Phébus sont tellement belles que je me reposerai la question quoi qu’il en soit. :) Merci à toi !

Leave a Reply

About Zéro Janvier

Blogueur. Lecteur obsessionnel, sériephile assidu, cinéphile occasionnel, amateur de comics. Citoyen engagé.