Fence (volumes 1 & 2)

Fence est une série de comics scénarisée par C.S. Pacat et illustrée par Johannna The Mad. Elle se déroule dans l’univers de l’escrime, un sport que j’ai rarement vu que ce soit dans les bandes dessinées ou dans les dessins animés inspirés de mangas. Elle met en scène des adolescents américains qui veulent tous intégrer l’équipe d’escrime de leur lycée.

Le premier album regroupe les quatre premières numéros du comics. C’est un album avec une inspiration manga pour le « character design » et globalement dans le style du dessin : c’est un cocktail d’ingrédients qui pouvait me plaire.

Eh bien je dois dire que je n’ai pas été déçu ! Cet album d’un peu plus de cent pages m’a énormément plu : c’est fun, joliment illustré, un peu voire clairement gay par moment.

Les personnages sont sans doute stéréotypés, mais ils sont plutôt sympathiques et on a envie de découvrir leurs aventures sportives, et peut-être sentimentales même si ce n’est qu’effleuré pour le moment. Parmi les protagonistes, les deux principaux sont clairement Nicholas, le fils illégitime d’un champion olympique d’escrime, au fort potentiel mais à la technique défaillante, qui cherche sa place dans ce lycée de futurs champions ; et Seiji, l’un des grands espoirs dans sa classe d’âge, une pépite quasi-invaincue lors de son arrivée au lycée, mais dont la modestie ne semble pas être le point le plus fort.

Le récit n’est pas forcément très surprenant pour le moment, mais c’est plaisant à lire et à regarder, c’est très efficace et j’ai bien aimé les quelques cases pédagogiques sur l’escrime.

Le deuxième album regroupe les numéros 5 à 8 des comics. Il reprend le récit où il s’était arrêté à la fin du premier album : les sélections pour l’équipe d’escrime du lycée battent leur plein et des favoris commencent à se distinguer.

Seiji commence à impressionner sérieusement ses camarades, qui n’apprécient pourtant pas son arrogance et son côté solitaire. Quant à Nicholas, il continue à se battre pour prouver sa valeur et se montrer digne d’intégrer l’équipe. Des personnages secondaires du premier album gagnent également en épaisseur dans ce deuxième album, comme Aiden, le play-boy dont la nonchalance cache un réel talent d’escrimeur, ou Harvard, le capitaine historique de l’équipe, désormais menacé par le talent de Seiji.

Le récit ne présent presque aucune surprise, il semble cousu de fil blanc, mais c’est tout de même plaisant à suivre. Il y a toujours des allusions plus ou moins appuyées à l’homosexualité de certains personnages, ou en tout cas un sous-texte plus ou moins évident. Quant aux dessins, ils sont toujours aussi réussis, dans un style mi-comics mi-manga que j’apprécie particulièrement.

J’ai dévoré les deux albums en trois jours et je dois maintenant attendre le mois de juillet, me semble-t-il, pour la parution du troisième tome qui compilera les quatre numéros suivants de la série. J’ai hâte !


Fence (volumes 1 @ 2), C.S. Pacat (scénario) & Johanna The Mad (dessin)

Note : ★★★★☆

Envie de commenter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :