Des lieux, des écrivains

Des lieux, des écrivains est un ouvrage de 2003 du journaliste belge Jacques Franck, un auteur que je ne connaissais pas, dont le titre et la couverture avaient attiré mon attention lors de mon dernier passage à la médiathèque. La quatrième de couverture a beaucoup fait pour me donner envie de le lire, et donc de l’emprunter :

Il est des lieux où rôde l’ombre d’écrivains, des hôtels où une œuvre a germé, où une illumination a infléchi le destin d’un auteur. Des lieux, enfin, suffisamment conservés pour que l’on puisse, par la récréation de la mémoire et de la lecture, mettre ses pas dans ceux de ces auteurs, contempler ce qui les a inspirés et lire, par-dessus leur épaule, les pages qu’ils y écrivirent. Jacques Franck nous invite, tout au long de ce voyage littéraire, à revivre la rencontre du narrateur d’A la recherche du temps perdu avec Albertine et le baron de Charlus à Cabourg-Balbec ; accompagner Agatha Christie au Pera Palas d’Istanbul et prendre l’Orient-Express avec elle ; relire La Mort à Venise à l’endroit même où Thomas Mann s’est heurté au tragique de la beauté…

La promesse est séduisante : un carnet de voyages à la rencontre d’écrivains dans des hôtels où ils n’ont pas seulement séjourné mais surtout écrit des œuvres majeures ou été inspirés pour les écrire.

Chaque chapitre d’une grosse dizaine de pages est consacré à un lieu, un hôtel, son histoire, et l’écrivain ou les écrivains qui y sont liés. Comme souvent dans des livres construits sur ce modèle, certains chapitres sont plus intéressants que d’autres. Évidemment, cela variera selon les goûts et la sensibilité du lecteur.

En ce qui me concerne, j’ai été envouté par les voyages au Grand Hôtel de Cabourg avec Marcel Proust, à l’Hôtel Sacher pour des raisons plus historiques que littéraires, à l’Hôtel des Bains aux côtés de Thomas Mann découvrant le Tadzio qui lui inspirera sa nouvelle « La Mort à Venise », et au Pera Palace d’Istanbul où Agatha Christie aurait trouvé l’inspiration pour son célèbre roman « Le Crime de l’Orient-Express ».

D’autres chapitres m’ont moins marqué et certains m’ont même ennuyé, je me suis alors permis de les parcourir plus rapidement. C’est d’ailleurs l’avantage de ce genre d’ouvrage, où l’on pioche parmi les chapitres ceux qui nous attirent plus que d’autres, en se laissant la possibilité d’être agréablement surpris par d’autres qui nous inspiraient moins à la lecture de la table des matières.

C’est bien le cas avec ce livre : un assemblage de voyages plus ou moins inspirants, qui plairont à un public varié mais toujours amoureux de littérature. Car derrière ces séjours dans des hôtels mythiques paraît toujours un amour inconditionnel pour l’écriture et les écrivains. Il devient alors évident que ce livre ne pouvait pas me laisser indifférent, dans le bon sens du terme.


Des lieux, des écrivains, Jacques Franck

Note : ★★★☆☆

Envie de commenter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :