La Présidente, 2. Totalitaire

Après un premier volume qui m’avait beaucoup plu, j’avais hâte de découvrir la suite de la bande dessinée de politique-fiction La Présidente signée François Durpaire sur des illustrations de Farid Boudjellal. Le deuxième album, titré Totalitaire, reprend le récit après la fin du premier.

Après six mois d’exercice du pouvoir, Marine Le Pen a conduit le pays au bord du gouffre : isolée sur le plan diplomatique, théâtre de heurts toujours plus violents à l’intérieur de ses frontières et dans un contexte économique alarmant, la France est dans l’impasse. Apothéose de cette situation catastrophique, le Président de l’Assemblée Nationale Florian Philippot, a été kidnappé.

La Présidente : Totalitaire, dévoile la fuite en avant d’une Marine Le Pen acculée, débordée sur sa droite. Sous la pression du bloc identitaire, le gouvernement remanié opère un tour de vis sécuritaire effrayant. Les étrangers sont toujours plus stigmatisés, les médias d’opposition muselés, la culture reprise en main par le pouvoir. Le tournant est aussi économique : la Présidente paye la sortie de l’Euro et le protectionnisme qui avaient marqué le début de son mandat. Elle est contrainte de mener une politique d austérité.

Construite sur un aller-retour temporel entre la vie politique du quinquennat et la campagne de l’élection présidentielle de 2022, la narration réserve son lot de rebondissements et sa dose de suspens. 

Je ne vais pas revenir sur les illustrations, qui sont du même acabit que dans le premier album : sobres, pas toujours très esthétiques, mais efficaces et d’un réalisme parfois glaçant.

Le récit m’a moins plu que dans le premier volume : il m’a semblé que François Durpaire allait encore plus loin, au risque de forcer le trait par moment. Si le premier album était glaçant de réalisme, celui-ci oscille entre la mise en garde sérieuse et un excès qui peut être contre-productif. Les rebondissements de ce deuxième volume m’ont parfois semblé totalement saugrenus, peu crédibles. J’espère d’ailleurs avoir raison, car l’avenir imaginé par François Durpaire ne donne pas envie de le vivre.

J’ai globalement été un peu déçu après un premier album très réussi. Celui-ci l’est un peu moins, même si cela reste une lecture, sinon agréable car le thème est trop important pour parler de plaisir ou de confort, mais intéressant.

Il me reste maintenant à attendre que le troisième tome soit disponible à la médiathèque pour découvrir la suite (et la fin ?) de cette politique-fiction en BD.


La Présidente, 2. Totalitaire, François Durpaire (scénario) & Farid Boudjellal (illustrations)

Note : ★★★☆☆

2 thoughts on “La Présidente, 2. Totalitaire

  1. Aïe ça baisse ! Je ne me souviens plus si j’avais pensé la même chose que toi en lisant les suites…

Leave a Reply to Zéro Janvier Cancel reply

About Zéro Janvier

Blogueur. Lecteur obsessionnel, sériephile assidu, cinéphile occasionnel, amateur de comics. Citoyen engagé.