Trop intelligent pour être heureux ?

Difficile de parler de ce livre sans passer pour un prétentieux (“qui es-tu pour te proclamer si intelligent que cela ?) ou un vaniteux (“qui es-tu pour te faire passer pour ce que tu n’es pas ?”). A la limite, le titre Trop intelligent pour être heureux ? peut encore passer, mais si on ajoute le sous-titre L’adulte surdoué, cela devient franchement gênant.

Et si l’extrême intelligence créait une sensibilité exacerbée ? Et si elle pouvait aussi fragiliser et parfois faire souffrir ?Être surdoué est une richesse. Mais c’est aussi une différence qui peut susciter un sentiment de décalage, une impression de ne jamais être vraiment à sa place. Comment savoir si on est surdoué ? Comment alors mieux réussir sa vie ? Comment aller au bout de ses ressources ?

Ce livre permet de mieux comprendre et de réapprivoiser sa personnalité. Pour se sentir mieux avec soi et avec les autres, pour se réaliser enfin.

Je vais donc commencer par une mise au point importante : je ne pense pas être surdoué. D’ailleurs je pense encore moins l’être après avoir lu ce livre. Si je me suis reconnu dans certaines caractéristiques décrites dans cet ouvrage, il y a aussi beaucoup d’éléments auxquels je suis étranger.

Je dois aussi dire que mon parcours de vie (j’ai sauté une classe, j’ai eu une scolarité plutôt brillante du point de vue des résultats, moins du côté de la socialisation) a pu me faire poser la question, même si je n’ai jamais sérieusement cru à cette hypothèse me concernant.

Ce qui m’a amené vers ce livre, ce sont les quelques éléments évoqués longuement dans Je pense trop où Christel Petitcollin dressait un portrait-robot de ce qu’elle appelle les “sur-efficients mentaux”, portrait dans lequel je me retrouvais en partie.

J’ai donc lu cet ouvrage de Jeanne Siaud-Facchin, consacré intégralement aux adultes surdoués. J’ai trouvé ça passionnant, même si tout ne m’a pas parlé. Je me doutais bien qu’à la fin de ma lecture je ne m’exclamerais pas, en me tapant sur le front, “mais c’est bien sûr, je surdoué !”, ce n’était d’ailleurs pas mon objectif.

Ce que je cherchais, c’était surtout des clefs pour mieux me comprendre et tenter de débloquer certains comportements dont j’aimerais me débarrasser. Je dois dire qu’à ce titre ce livre a répondu à mes attentes.

Ce qui est intéressant, c’est que même si on n’est pas surdoué, on peut se reconnaître certaines spécificités décrites par l’auteur et s’inspirer de ses réflexions pour se comprendre un peu mieux, définir des stratégies d’adaptation, et essayer de mieux vivre avec au quotidien.

Pour le reste, je suis bien incapable de juger la pertinence du propos de Jeanne Siaud-Facchin sur la “surdouance”. Je sais que ce livre ne fait pas l’unanimité parmi les personnes directement concernées, mais je me garderai bien d’intervenir dans un débat dont je me sens assez éloigné.

J’ai envie de terminer avec quelques extraits du livre qui m’ont particulièrement marqués et qui s’appliquent sans doute autant aux surdoués qu’aux “ordinaires” qui peuvent se reconnaître dans certaines spécificités, dans certains similitudes de parcours ou de comportement :

Être surdoué, c’est l’émotion au bord des lèvres, toujours, et la pensée aux frontières de l’infini, tout le temps.

À l’âge adulte, la personnalité sera construite de façon bancale, sur des renoncements et des blessures, sur des croyances erronées sur soi et sur le monde, ou sur des mécanismes rigides dressés pour se protéger de son intense vulnérabilité. Chaotique, inconfortable, sinueux, le parcours du surdoué adulte est souvent bien troublé.

Il faut comprendre que le surdoué se contient beaucoup. Il tente de mettre à distance toutes ces émotions qui l’assaillent en continu. Très vite, il est touché, blessé. Une remarque anodine, un mot rapidement employé, une phrase négligemment formulée, vont déclencher des bouffées d’émotion que le surdoué, dans un premier temps, essaie de canaliser, d’intellectualiser, de minimiser. Il tente de faire baisser la charge malgré les larmes qui montent, la colère qui gronde.

Certains avancent dans la vie avec des certitudes, des convictions protectrices et rassurantes : les choses doivent être faites comme ceci ou comme cela, il convient de réagir de telle ou telle façon selon la nature des situations. D’autres tâtonnent, s’interrogent sans cesse, sur tout, tout le temps, questionnent le monde sur le sens de la vie, s’inquiètent de petites choses qui ébranlent ce qu’ils pensaient savoir, réagissent à la moindre variation de l’environnement, reprennent sans relâche le commencement de toute chose pour être bien sûrs d’en avoir compris le sens profond, vivent toujours avec ce léger sentiment d’être à la fois avec et à côté des autres. Des adultes à l’adaptation précaire, qui vivent parfois dans des vies qui ne leur ressemblent pas tout en faisant semblant d’y croire… puisque tout le monde à l’air de trouver tout cela tellement normal !

C’est une question récurrente. Inlassablement, tous la posent. Que deviennent les enfants surdoués ? Qui sont-ils à l’âge adulte ? Que deviennent-ils ? J’ai envie de répondre d’abord : ils deviennent ce qu’ils sont. Ils deviennent ce qu’ils ont toujours été. Ils deviennent des adultes construits à l’image de leur personnalité et de leur histoire de vie. Ils deviennent des personnes différentes selon qu’ils ont été aimés, accompagnés, compris ou exclus, rejetés, maltraités par la vie et les autres, ils deviennent ce qu’ils peuvent… comme chacun d’entre nous. Ce que j’introduis ici est l’idée qu’il n’y a pas de voie tracée, identique pour tous. Que nous avons chacun nos différences. Soit nous sommes parvenus à « faire avec », ou nous avons « lutté contre », ou encore nous sommes restés dans un brouillard sur nous-mêmes qui nous a fait avancer à tâtons, sans direction, sans objectif et donc avec un sentiment persistant d’insatisfaction. Cela est vrai, aussi, pour les surdoués. Comme les autres même si, avec eux, c’est toujours PLUS que les autres. Plus dans le sens où ce qui sera douloureux mais acceptable pour l’un se transformera en bombe émotionnelle pour le surdoué. Tout est amplifié. Exacerbé. Extrême.

Lorsqu’un diagnostic a été fait et que le seul retour qu’en a connu l’enfant est : tu as un QI élevé, tu as donc tout pour réussir ! Il est clair que cette « chose étrange », ce QI mystérieux aux pouvoirs qu’on lui a dits magiques, est restée « une composante extérieure à son développement ». Un peu comme si on lui avait dit qu’il avait la chance d’avoir « quelque chose » en plus, un objet précieux qu’il posséderait, mais dont on ne lui a rien expliqué. Autre version : « Maintenant on sait que tu as de grandes possibilités, donc tu dois les exploiter ! » C’est le lit d’une culpabilité infinie : pour l’enfant se joue un véritable drame intérieur. Même s’il n’en exprime rien. Et un drame qu’il transportera toute sa vie : si on me dit que je dois réussir, si je ne réussis pas, c’est que je suis vraiment un bon à rien, un nul, un incapable. Si je ne vaux rien, à quoi sert-il que je continue ? Si je ne réussis pas, je décevrai tout le monde et on ne m’aimera plus. On me délaissera. Si je suis supposé être plus que les autres alors que je me sens tellement moins, tellement plus vulnérable, tellement plus bête, tellement plus inutile, alors qui suis-je ? Toutes ces questions seront prises en compte par le système de pensée et de sensibilité de l’enfant surdoué. Tout un réseau de culpabilité qui s’alimente d’autant plus que, si les difficultés à réussir persistent, l’image de soi s’effondrera et des troubles psychologiques parfois sévères finiront par se déclencher. Et une spirale infernale se refermera sur l’enfant, jetant un voile bien sombre sur ses perspectives d’avenir !

L’ennui naît du décalage entre son rythme et celui des autres : quand on comprend au premier mot, quand on mémorise à la première lecture, quand on sait faire à la première explication. Que faire de tout ce temps où l’enseignant répète sous plusieurs formes pour s’assurer que tous ont assimilé ? Le temps de l’école peut devenir long, très long. Et, comble du paradoxe, puisque à l’école l’enfant surdoué ne peut utiliser pleinement son intelligence, puisque la nature même de l’enseignement ne lui donne pas la possibilité d’exercer ses compétences, que la facilité le fait tourner en roue libre et le démotive, alors le temps de l’école devient un « temps libre » pour penser.

Se faire des amis, se faire aimer… enjeux de toute une vie. Pour l’enfant surdoué, qui a du mal à trouver chez les autres des repères identificatoires, qui se sent à la fois pareil et si différent, qui souvent ne comprend pas la réaction ou l’attitude des autres, qui toujours se sent décalé même quand il semble intégré… la rencontre avec les autres est perturbée. Au pire, elle devient une source infinie de blessures, car le rejet, l’exclusion ou les railleries viennent stigmatiser cet enfant étonné par tant d’agressivité. Lui ne sait pas ce qui, chez lui, fait l’objet d’attaques répétées. Les autres ne comprennent pas bien cet enfant différent qui les dérange… « Vilain petit canard », l’enfant surdoué souffre de cet isolement forcé et peut ressentir un authentique sentiment d’étrangeté.

À l’adolescence, le besoin d’être comme les autres est fort. L’identification au groupe domine. Surtout être pareil pour se sentir exister et accepté. Alors, l’adolescent surdoué ne veut pas, ne veut plus de sa différence. Et encore moins de celle-là. Être surdoué ? Ridicule, sans intérêt, nul. « Ça ne veut rien dire ! », ponctue-t-il souvent. Première réelle et ambivalente difficulté de l’adolescent surdoué : être différent dans sa façon de vivre les choses et de se construire et refuser absolument une différence qui dérange et perturbe le sentiment d’identité.

Être lucide sur les autres, c’est d’abord être lucide sur soi. Les surdoués s’autoanalysent sans aucune concession et perçoivent chacune de leurs failles, de leurs limites, de leur plus petit défaut. La conquête narcissique leur est ainsi plus difficile. Ils portent souvent sur eux-mêmes un regard impitoyable et ont du mal à s’aimer.

Cette extrême lucidité entrave la projection dans l’adulte qu’ils pourraient devenir : ils analysent avec acuité tous les risques à venir et peuvent en éprouver une peur authentique qui peut bloquer leur développement. À l’adolescence, l’intelligence est particulièrement anxiogène.

L’identification aux autres est difficile pour l’adolescent surdoué. Le sentiment de différence qu’il perçoit va être encore plus vivace à l’adolescence où être en groupe, appartenir à un groupe est la règle. Dans ses tentatives d’intégration, l’adolescent surdoué perçoit toujours une distance entre lui et les autres, même avec ses copains. Comme s’il ne pouvait jamais être totalement là. Une distance, même infime, le sépare des autres. Et puis l’adolescent surdoué a souvent du mal à s’intéresser aux sujets qui retiennent principalement l’attention des autres adolescents et doit souvent faire un effort considérable pour s’adapter. Pourtant, comme les autres, il a besoin du groupe pour se construire. Cette possibilité de trouver dans le groupe un support identificatoire lui échappe et le renvoie à une forme de solitude douloureuse. Certains peuvent ainsi se replier totalement sur eux-mêmes au risque d’une coupure importante avec l’extérieur. Lorsque le surdoué est dépisté beaucoup plus tard, il raconte souvent le sentiment d’étrangeté qu’il a si souvent éprouvé dans ses relations aux autres et la peur qu’il a eue d’être fou pour ne pas parvenir à s’intégrer. Le sentiment de différence a alors créé un profond malaise dont il lui est bien difficile de sortir.

Les « sages » ou la passivité dominante

Ils n’ont pas envie de lutter, pas envie de se rebeller. Ils ont choisi d’accepter pour le meilleur et pour le pire. Ils vivent sans grands espoirs, sans grands idéaux, sans projets fous. Peut-être est-ce seulement de la survie. Ils ne sont pas forcément malheureux, mais pas vraiment heureux. Ils ont souvent adopté une philosophie simple qui consiste à profiter de ce que l’on a et à ne pas être préoccupé par ce que l’on pourrait avoir. Ce n’est pas de la lâcheté, c’est une forme de courage, voire de lucidité. Bien sûr, on peut considérer que la frustration est lancinante, mais étouffée. C’est un choix conscient. Pour ne pas trop souffrir, une vie banale est une alternative acceptable.

Le risque : les moments de dépression. Certains surdoués qui ont réussi à s’adapter, c’est-à-dire finalement à fonctionner dans le cadre et qui en sont satisfaits, se font parfois « rattraper » par leur fonctionnement de surdoué à des moments de leur vie où ils sont plus fragilisés. Dans les moments difficiles, de choix, de stress, d’épreuve à surmonter, deux forces vont alors s’opposer : la force adaptative et la force sensitive, propre au fonctionnement du surdoué. La force adaptative, plus concrète, plus rassurante, plus habituelle pour lui, va lutter pour garder le contrôle. Mais, dans ce moment délicat de la vie, dans cette faille, toutes les fragilités remontent. Alors le surdoué va mal, doute, perd ses repères. Sa confiance en lui et en ses capacités est ébranlée, attaquée. Il a soudain un sentiment inquiétant d’être dépassé et qu’il n’y arrivera plus. Il se sent impuissant. Tous les ingrédients d’une authentique dépression semblent présents.

En réalité, il s’agit d’une « dépression » au sens littéral du terme, c’est-à-dire d’un moment de « creux » où les repères antérieurs sont perdus : ce sont des moments de régression où les mécanismes de contrôle cèdent, où la maîtrise s’effondre. La structure de personnalité peut s’en trouver fortement ébranlée et obliger l’adulte à des réaménagements profonds : de la représentation de soi, de son identité, de son fonctionnement social, de son environnement affectif. Il faut bien comprendre qu’il s’agit d’un rapport de forces : l’intime en soi, réprimé depuis longtemps, presque oublié, mais qui soudain resurgit avec une force inattendue qui peut bouleverser profondément le cours de la vie. Un croisement de vie difficile à vivre. Pour le surdoué et pour son entourage. Un bouleversement qui doit être resitué dans son contexte afin de lui donner sens, pour retrouver un équilibre de vie. Il ne faut jamais oublier que l’on peut aménager sa structure de personnalité, mais qu’il est difficile, voire impossible, d’en gommer toute l’organisation. « Chassez le naturel, il revient au galop », dit l’adage populaire.

La soif d’absolu, de « parfait », peut avoir des effets pervers : l’incapacité à entreprendre. L’immobilisme guette le surdoué qui, dans sa quête de perfection impossible à assouvir, s’arrête en chemin et montre une inertie redoutable. Malgré ses immenses capacités intellectuelles et sa riche personnalité, le surdoué stagne. Plus on l’incite à se bouger, plus on lui renvoie l’image de son incapacité à bien faire et plus on le fige. Ne pas entreprendre, c’est aussi éviter tout risque d’échec et garder l’illusion que, si on l’avait fait, on aurait réussi à merveille. Un piège. Un leurre.

Insidieuse, tenace, la honte de ce que l’on n’est pas est destructrice. La honte de ne pas être ce que les autres attendent. La honte de décevoir. La honte de ses difficultés. La honte de ses « bizarreries ». La honte habite le surdoué, envers et malgré lui. Fruit d’une culpabilité qui s’alimente dans les non-dits, dans les fausses condescendances, dans les compassions feintes. Car, pour le surdoué, même si son entourage semble accepter ce qu’il est, il reste au fond de lui persuadé qu’il a déçu les autres. Qu’il n’a pas su être à la hauteur. Son niveau d’exigence le plus élevé, c’est lui qui se le pose en réalité. Pas toujours ou pas vraiment les autres. Mais, pour lui, rien n’est jamais assez bien en regard de ce que lui considère qu’il aurait dû atteindre. Sans savoir vraiment d’ailleurs quel était le but à atteindre. Il faut comprendre qu’il ne s’agit en rien d’une réalité, mais d’une représentation de soi et de sa réussite qui crée un sentiment d’inachèvement permanent. De déception de soi lancinante. Quand on vit depuis toujours avec un sentiment de soi contrasté, fait de très hauts et de très bas, on reste dans cette conviction que l’on se doit de réaliser certaines choses à un certain niveau. Alors on s’épuise dans une quête désordonnée à la recherche d’un but chimérique puisqu’il ne pourra jamais être cerné et par là même atteint.

La plupart des surdoués fonctionnent dans cette dichotomie. Comme si leur vie en dépendait. Il faut repérer LA vérité, pour eux elle existe forcément. « Nous sommes des handicapés de la nuance », insiste Jérôme. Expression tellement juste pour refléter ce besoin impérieux d’avoir raison ou au moins être sûr que l’autre a raison pour accepter son point de vue. Mais aussi avoir la certitude absolue que si les choses sont de telle manière elles ne peuvent pas être de telle autre. Tout est blanc ou noir. Jamais gris. Les sentiments n’échappent pas à cette loi implacable. Les goûts non plus d’ailleurs : j’aime ou j’aime pas. Point. Pourquoi ? Parce que la nuance ouvre la porte aux doutes, aux choix à faire. Ce que le surdoué évite à tout prix. Choisir, il ne sait pas. Il laisse d’ailleurs souvent les autres faire à sa place. Ce qui se comprendra parfois comme de la faiblesse ou un manque de personnalité. Il n’en est rien. Mais, quand l’enjeu est moindre, plutôt que de se « prendre la tête » à tout étudier et tout mettre dans la balance pour déterminer, exactement, quel est le bon choix, il devient plus facile, plus reposant de laisser faire les autres.

L’anticipation constante, souvent anxieuse, crée une angoisse diffuse. Et permanente. Qui gâche certains plaisirs de la vie. Et qui empêche de vivre sereinement. On est déjà après. En attente de ce qui va se produire.

La vie du surdoué ressemble un peu à ça : faite d’espoirs infinis, de déceptions fulgurantes, de joies intenses, de puits de souffrances, d’enchaînements enivrants de sensations et d’émotions contradictoires. Une vie rarement linéaire. Où l’on perd aussi rapidement son objectif que l’on en trouve un nouveau, où les émotions intenses sont toujours présentes, bonnes ou mauvaises, où l’on a toujours peur, à la montée comme à la descente.

Et pour finir ma préférée :

En consultation, je demande à Pierre, 9 ans, comme je le fais avec tous les enfants, en quoi il est fort à l’école. Je suis moi-même un instant décontenancée par sa réponse : « Fort à l’école ? En classe ou à la récré ? »


Trop intelligent pour être heureux ? L’adulte surdoué, Jeanne Siaud-Facchin

Note : ★★★★☆

Leave a Reply

%d bloggers like this: