Les réseaux sociaux et moi

Il y a un peu plus d’un an, j’avais publié un article pour annoncer la création de mon compte Instagram et plus généralement pour parler de mon usage des réseaux sociaux.

Douze mois plus tard, alors que la renaissance – toute relative – de mon blog a apparemment survécu sur la durée, j’avais envie de faire un bilan de mon utilisation des réseaux sociaux en tant que blogueur et plus généralement en tant qu’internaute citoyen.

Parmi les réseaux sociaux “mainstream”, je suis actuellement présent sur :

  • Facebook : j’utilise de moins en moins (comprendre : très peu) mon compte personnel, réservé à mes contacts “réels” (famille, amis, etc.), j’ai même envisagé de le fermer totalement il y a quelques mois, avant de renoncer ; j’y ai surtout conservé ma page Zéro Janvier où des liens vers mes nouveaux billets sont postés automatiquement, car j’ai constaté qu’elle restait un point d’accès non négligeable pour certains de mes lecteurs
  • Twitter : c’est de loin le réseau social que j’utilise le plus au quotidien ; sur mon compte je publie automatiquement mes nouveaux billets mais je parle surtout de tout et de rien, mais notamment de politique et de football (Paris est magique … ou tragique !) ; malgré les tweets sponsorisés et les tentatives de Twitter pour remettre en cause l’affichage chronologique des publications au profit d’un algorithme “intelligent”, je garde une certaine affection pour ce réseau social où je peux lire et parler de nombreux sujets selon mes envies du moment ou l’actualité
  • Instagram : j’avais créé le compte associé à ce blog il y a un an, j’y ai publié des photos de façon plus ou moins régulière (comprendre : plutôt moins que plus) ; j’ai très vite regretté de ne pas pouvoir associer un lien direct vers la chronique d’un livre en publiant par exemple sa couverture ; du coup, je publie rarement sur Instagram, hormis quelques photos de vacances par-ci par-là

Du côté des réseaux sociaux littéraires, je rester fidèle à Goodreads (mon profil ici), qui continue à être mon compagnon de lecteur pour garder la trace de toutes mes lectures passées, en cours et à venir.

J’ai également pris l’habitude de publier mes chroniques sur Babelio (mon profil ici) qui a l’avantage et l’inconvénient d’être francophone : il est plus aisé d’avoir des avis et des recommandations de la communauté francophone, mais la base de données et les suggestions en langue anglaise y sont bien plus restreintes, ce qui m’embête un peu étant donné que j’essaye de lire des livres en français et en anglais à 50/50 sur la durée d’une année.

Dans l’ensemble, mon usage des réseaux sociaux n’a évolué qu’à la marge : Facebook reste une vieille habitude que je délaisse progressivement sans totalement l’abandonner, Twitter reste divertissant et parfois même intéressant, et Instagram auquel j’avais décidé de laisser sa chance l’an dernier ne m’a pas véritablement convaincu, ou en tout cas je n’y ai pas trouvé un intérêt suffisant pour y être franchement actif.

Le vrai changement, ou début de changement, est plutôt récent pour moi. Après plusieurs affaires mettant en cause les pratiques pas très éthiques de Facebook et Twitter, j’ai toujours été gêné d’utiliser quotidiennement des outils proposés et détenus par des entreprises dont je partage pas les valeurs. Il est pourtant difficile de s’en passer, surtout quand on continue de bloguer et qu’on a besoin de la visibilité “offerte” (les guillemets sont importants) par Facebook ou Twitter.

A terme, j’aimerais pouvoir me passer totalement de Facebook, de Twitter et d’Instagram. Je sais que ce n’est pas forcément possible à l’heure actuelle, car cela me couperait probablement d’une frange de mes lecteurs.

Pourtant, je ne me résigne pas à promouvoir, à ma faible échelle, des réseaux sociaux dont je désapprouve les valeurs et le modèle économique (“si c’est gratuit, c’est vous le produit”), en contribuant à leur développement et à leur emprise sur notre quotidien.

J’ai notamment re-découvert Mastodon, une alternative libre et décentralisée de Twitter, et j’ai décidé de tenter l’expérience. Je sais parfaitement que la communauté y est plus restreinte que sur les réseaux sociaux grand public, que Mastodon ne terrassera sans doute jamais l’oiseau bleu de Twitter, mais je n’ai plus envie d’en faire un frein ou une excuse pour ne pas changer.

J’ai publié ceci sur mon compte Mastodon aujourd’hui, pour expliquer brièvement mon parcours et ma démarche :

Je débarque aujourd’hui sur Mastodon, en espérant m’y plaire et y rester longtemps.

Mon arrivée ici entre dans ma démarche d’engagement citoyen et militant.

J’avais entendu parler de ce “concurrent” décentralisé de Twitter il y a quelques années, quand Mastodon avait fait le “buzz”. J’avais pris cela comme une énième mode, dans la veine de ces réseaux sociaux qui devaient tour à tour enterrer Twitter et Facebook, avant de retomber aussi vite dans l’anonymat.

C’est l’annonce il y a quelques semaines de la décision de @lavolte de quitter les réseaux sociaux des GAFAM pour se recentrer sur son site web et sur des réseaux sociaux libres et décentralisés comme Mastodon qui m’a amené à réfléchir.

C’est finalement la lecture la semaine dernière du roman “Les Furtifs” d’Alain Damasio qui m’a définitivement convaincu. Face à la société de contrôle, de trace, chaque citoyen peut mener des actions pour lutter, à son échelle, contre la société qu’il rejette et pour celle dont il rêve.

Ce n’est donc pas un hasard, mais plutôt un clin d’oeil bienheureux, que mon premier pouet ici (tout un vocabulaire à réapprendre !) parle de ce roman et renvoie à la chronique que j’y ai consacré sur mon blog.

Je ne pense pas entraîner une foule immense dans mon sillage, ce n’est d’ailleurs pas mon objectif, mais si certaines ou certains d’entre vous souhaitent en savoir plus sur Mastodon, vous pouvez commencer ici pour une première découverte.

Quant aux autres, je resterai de toute façon présent – au moins dans un premier temps – sur Facebook, Twitter, et cie, même si j’y serai peut-être moins bavard si je prends goût aux charmes du mammouth concurrent :-)

2 thoughts on “Les réseaux sociaux et moi

  1. Je t’ai ajouté sur Mastodon. Je vais et viens aussi là-dessus, mais j’ai du mal à m’y tenir !! :)

    1. Ah super ! Je viens de voir ça, je t’ai ajouté, les dernières photos de tes chats datent un peu mais je suis sûr que tu vas t’y remettre bientôt :-)

Leave a Reply to Zéro Janvier Cancel reply

About Zéro Janvier

Blogueur. Lecteur obsessionnel, sériephile assidu, cinéphile occasionnel, amateur de comics. Citoyen engagé.