Shangri-La

Shangri-La est une bande dessinée de science-fiction, écrite et dessinée par Mathieu Bablet. La couverture et un coup d’oeil rapide à quelques planches lors d’une visite récente à la médiathèque m’avait donné envie de lire cet album de 220 pages environ.

Dans un futur lointain de quelques centaines d’années, les hommes vivent dans une station spatiale loin de la Terre et régie par une multinationale à qui est voué un véritable culte. En apparence, tout le monde semble se satisfaire de cette « société parfaite ». Dans ce contexte, les hommes veulent repousser leurs propres limites et devenir les égaux des dieux. C’est en mettant en place un programme visant à créer la vie à partir de rien sur Shangri-La, une des régions les plus hospitalières de Titan, qu’ils comptent bien réécrire la « Genèse » à leur façon.

Shangri-La nous emmène plusieurs siècles dans le futur, à une époque où l’humanité s’est exilée dans une station spatiale après avoir dû fuir la Terre, dévastée par un cataclysme aux causes désormais méconnues : accident nucléaire, dérèglement climatique, le souvenir de la catastrophe ne semble pas clair parmi la population.

Ce qu’il reste de l’humanité est donc concentré dans une station dominée par une multinationale qui régit la vie de tous les citoyens-consommateurs. Il mangent, boivent et consomment toute la journée des produits de la corporation Tianzhu.

Après avoir exterminé la plupart des espèces animales présentes sur la Terre, les hommes ont également réintroduit certains animaux, mais sous la forme d’animoïdes, des êtres mi-animaux mi-humanoïdes, mal acceptés par la population qui les rend responsables de tous leurs malheurs : chômage, pauvreté, insécurité, etc.

Pour finir de poser le cadre, un projet ambitieux vise à créer une nouvelle espèce humaine, l’Homo Solaris, pour coloniser Titan, le satellite naturel de Saturne qui a été terraformé à ce effet.

Le personnage principal, Scott, est un scientifique chargé par Tianzhu d’enquêter sur des phénomènes étranges qui se produisent dans des stations scientifiques. Par l’intermédiaire de son frère Virgile, Scott va également se retrouver impliqué dans des actions menées par un groupe de résistants qui veulent renverser la corporation toute-puissante et révéler ses mensonges et ses manipulations.

En un peu plus de 220 pages, le récit est rythmé, on se n’ennuie jamais. J’ai trouvé les dessins particulièrement beaux : le style est classique mais terriblement efficace, avec quelques planches à couper le souffle.

Malgré une fin un peu confuse, j’ai beaucoup aimé cette bande dessinée, qui parle très bien de notre présent et d’un futur probable mais non désirable. Mathieu Bablet nous parle très bien du pouvoir des multinationales, de la société de consommation, du besoin de résistance, des désillusions des révolutions, et de l’essence de l’humanité.


Shangri-La, Mathieu Bablet

Note : ★★★★☆

4 thoughts on “Shangri-La

  1. Dommage que tu n’aies mis aucune page intérieure de être superbe BD ! Je ne sais plus si c’est pour le côté brouillon dont tu parles mais il me semble aussi que quelque chose m’avait déçu à la fin…

    1. Oui, maintenant que tu le dis, c’est vrai que j’aurais pu mettre une illustration intérieure. Par contre j’aurais eu du mal à en choisir une en particulier !

  2. Article court et efficace. Tu confirmes tout ce que j’entends sur cette bd. La fin un peu confuse vient peut-être du fait qu’il aurait fallu quelques planches de plus pour conclure correctement. C’est un problème que l’on retrouve souvent dans c’est style “one shot”.
    Je sais qu’ils l’ont à la médiathèque de ma ville donc il va vraiment falloir que je tente ma chance :) merci en tout cas pour cet article bien sympa !
    Desmond

    1. Merci ! Pour la fin, je ne suis même pas sûr que ce soit par “manque de planches” car justement il y a de nombreuses pages de conclusion mais j’ai eu un peu de mal à m’y retrouver.

Leave a Reply to Zéro Janvier Cancel reply

About Zéro Janvier

Blogueur. Lecteur obsessionnel, sériephile assidu, cinéphile occasionnel, amateur de comics. Citoyen engagé.