Traité d’économie hérétique

Thomas Porcher est un économiste clairement ancré à gauche, membre des Economistes atterrés, un collectif d’économistes “qui ne se résignent pas à la domination de l’orthodoxie néo-libérale” comme ils l’affirment eux-même sur leur site.

Engagé politiquement, Thomas Porcher est notamment connu pour avoir co-fondé Place Publique avec Raphaël Glucksmann, avant de quitter le mouvement quand celui-ci s’est joint au Parti Socialiste pour les élections européennes de mai 2019.

Je connaissais un peu Thomas Porcher pour l’avoir entendu s’exprimer dans quelques médias mais je n’avais jamais lu autant de ses livres. Celui-ci, Traité d’économie hérétique, paru en 2017, m’attendait pourtant dans ma pile à lire depuis quelque temps.

« La dette publique est un danger pour les générations futures », « La France n’a pas fait de réformes depuis plus de trente ans », «  Notre modèle social est inefficace », « Le Code du travail empêche les entreprises d’embaucher », « Une autre politique économique, c’est finir comme le Venezuela » ; telles sont les affirmations ressassées en boucle depuis plus de trente ans par une petite élite bien à l’abri de ce qu’elle prétend nécessaire d’infliger au reste de la population pour sauver la France.

Ces idées ont tellement pénétré les esprits qu’elles ne semblent plus pouvoir faire l’objet du moindre débat. C’est justement l’objet de ce livre  : regagner la bataille des idées, refuser ce qui peut paraître du bon sens, tordre le cou à ces prétendues « vérités économiques ».

Savez-vous qu’il y a eu plus de 165 réformes relatives au marché du travail depuis 2000 en France  ? Que nous avons déjà connu une dette publique représentant 200  % du PIB ? Que plus de la moitié de la dépense publique profite au secteur privé  ?

Dans ce traité d’économie hérétique, Thomas Porcher nous offre une contre-argumentation précieuse pour ne plus accepter comme une fatalité ce que nous propose le discours dominant.

Tout d’abord, je dois vous rassurer : ce livre est très accessible et ne nécessite pas de posséder une connaissance préalable de l’économie. L’auteur prend le temps d’expliquer de façon claire les concepts qui le nécessitent. Il présente également brièvement les théories économiques qu’il évoque dans son propos. Moi qui n’y connais pas grand chose en économie, j’ai très bien compris les explications de Thomas Porcher.

Le livre est décomposé en 13 chapitres qui traitent chacun d’un sujet, toujours sous le même angle : dénoncer les fausses évidences de l’orthodoxe néo-libérale actuelle, expliquer pourquoi ces théories sont défendues par les « élites » qui y trouvent évidemment leur intérêt (et leurs intérêts), et rétablir une part de vérité à partir d’éléments factuels.

Que ce soient le mythe de la réussite individuelle, les assouplissements successifs du Code du Travail, la dépense et la dette publiques, la financiarisation des entreprises et de l’économie, la casse du modèle social, l’hypocrisie face à la crise climatique, le modèle économique de l’Union Européenne, ou le libre-échange, Thomas Porcher s’attaque à toutes les idées préconçues et présente une vision qui permet de débattre, à contre-courant des tenants du TINA (There Is No Alternative).

Thomas Porcher rappelle à plusieurs reprises que contrairement à ce que le courant de pensée libéral tente d’imposer dans nos esprits, et comme l’expliquait naguère le regretté Bernard Maris, l’économie n’est pas une science exacte. Il s’agitd’une une science humaine, au même titre que l’Histoire par exemple, et de fait sujette aux idéologies. Le libéralisme, qui se présente comme la seule alternative, n’est qu’une idéologie parmi d’autres, contrairement à ce que ses défenseurs veulent nous faire croire en se cachant derrière le masque du « pragmatisme ».

Thomas Porcher nous invite donc à nous interroger et à questionner les motivations de ceux qui nous dirigent. Les principes d’auto-défense énoncés par l’auteur dans sa conclusion constituent à mes yeux un parfait résumé du livre, appelant à faire preuve de sens critique face aux évidences et au soi-disant bon sens, et à remettre en cause ce qui est souvent présenté comme des vérités économiques incontestables.

C’est une lecture que je conseille à celles et ceux qui s’interrogent sur notre modèle économique et n’acceptent pas le discours omniprésent dans les médias, qui peut s’apparenter à une pensée unique en matière économique, et donc politique.


Traité d’économie hérétique, Thomas Porcher

Note : ★★★★☆

Leave a Reply

About Zéro Janvier

Blogueur. Lecteur obsessionnel, sériephile assidu, cinéphile occasionnel, amateur de comics. Citoyen engagé.