Becoming Superman

81k+9FKZTkL

J. Michael Straczynski est un auteur que j’ai d’abord connu par Babylon 5, qui reste à mes yeux l’une des meilleures séries TV de science-fiction, si ce n’est la meilleure. Il y démontrait son talent pour l’écriture, à la fois de personnages qui évoluaient véritablement, et d’un récit complet construit sur cinq saisons construits comme cinq actes d’un roman d’envergure.

Je connaissais cependant mal l’homme lui-même et ses autres créations, même si je savais qu’il avait participé à l’écriture de la série Sense8 de Netflix. J’ai donc lu avec intérêt son autobiographie publiée cet été, intitulée Becoming Superman et dont le sous-titre My Journey from Poverty to Hollywood, with Stops Along the Way at Murder, Madness, Mayhem, Movie Stars, Cults, Slums, Sociopaths, and War Crimes poussait laisser craindre le pire, si on ne connaissait pas le talent et le sens de l’humour de son auteur.

In this dazzling memoir, the acclaimed writer behind Babylon 5, Sense8, Clint Eastwood’s Changeling and Marvel’s Thor reveals how the power of creativity and imagination enabled him to overcome the horrors of his youth and a dysfunctional family haunted by madness, murder and a terrible secret.

For four decades, J. Michael Straczynski has been one of the most successful writers in Hollywood, one of the few to forge multiple careers in movies, television and comics. Yet there’s one story he’s never told before: his own.

Joe’s early life nearly defies belief. Raised by damaged adults–a con-man grandfather and a manipulative grandmother, a violent, drunken father and a mother who was repeatedly institutionalized–Joe grew up in abject poverty, living in slums and projects when not on the road, crisscrossing the country in his father’s desperate attempts to escape the consequences of his past.

To survive his abusive environment Joe found refuge in his beloved comics and his dreams, immersing himself in imaginary worlds populated by superheroes whose amazing powers allowed them to overcome any adversity. The deeper he read, the more he came to realize that he, too, had a superpower: the ability to tell stories and make everything come out the way he wanted it. But even as he found success, he could not escape a dark and shocking secret that hung over his family’s past, a violent truth that he uncovered over the course of decades involving mass murder.

Straczynski’s personal history has always been shrouded in mystery. Becoming Superman lays bare the facts of his life: a story of creation and darkness, hope and success, a larger-than-life villain and a little boy who became the hero of his own life. It is also a compelling behind-the-scenes look at some of the most successful TV series and movies recognized around the world.

Le résumé de l’éditeur le fait bien mieux que je ne le pourrais le faire, je ne vais donc pas vous résumer cette autobiographie. Nous y suivons l’évolution de Joe, de son enfance et son adolescence au sein d’une famille qu’on peut sans risque qualifier de dysfonctionnelle, avec un père alcoolique, violent et sadique, une mère maniaco-dépressive, et des grand-parents mythomanes et manipulateurs, puis son entrée dans le monde de l’écriture, de la télévision, des comics et du cinéma.

J’ai particulièrement aimé découvrir les coulisses de la création des oeuvres majeures de J. Michael Straczynski, en particulier Babylon 5 pour laquelle j’ai toujours une affection particulière. L’auteur nous dévoile également les motivations personnelles derrière certains de ses choix créatifs, et c’est passionnant a posteriori.

Quand on s’intéresse au processus de création artistique, que ce soit en littérature, en bande dessinée, pour la télévision ou le cinéma, ce livre est également très intéressant, car l’auteur nous raconte sa façon de travailler et les contraintes avec lesquelles il a été amené à subir, avec plus ou moins de bonne volonté.

Ce livre est à la fois une autobiographie classique, la success story d’un jeune garçon solitaire, lecteur de comics, et harcelé à l’école, devenu un auteur de comics, de télévision et de cinéma désormais reconnu à Hollywood. C’est aussi un récit personnel sur Joe et sa famille, une sorte de règlement de compte avec un père indigne. C’est enfin un éclairage passionnant sur le monde de la création artistique, avec ses règles, ses contraintes, ses coulisses plus ou moins réjouissantes.

Avec cette au biographie aussi passionnante qu’émouvante, J. Michael Straczynski prouve une fois de plus son grand talent pour l’écriture, capable de passer au sein d’un même paragraphe de l’horreur à l’humour, en passant par la stupéfaction et l’émotion. Un grand artiste, un génie de l’écriture à mes yeux.


Becoming Superman, J. Michael Straczynski

Note : ★★★★★

One thought on “Becoming Superman

  1. Également fan de B5, j’avais vu passer une chronique de cette autobio sur BoingBoing. Je ne suis pas fan de ce type de littérature, mais pour Straczynski, je pourrais bien faire une exception.

Leave a Reply to Stéphane Gallay Cancel reply

About Zéro Janvier

Blogueur. Lecteur obsessionnel, sériephile assidu, cinéphile occasionnel, amateur de comics. Citoyen engagé.