Le lambeau

Je suis un lecteur honteux, aujourd’hui.
Je n’ai pas réussi à terminer ce livre.

Il s’agit pourtant du témoignage de Philippe Lançon, à la fois victime et survivant de l’attaque de Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015.

Les premiers chapitres ont été éprouvants, pour ce qu’ils racontent. Les suivants l’ont été mais pour une raison différente : je me suis ennuyé, tout en culpabilisant de l’être face à ce témoignage d’un homme blessé, touché au corps et au coeur par un attentat qui lui a enlevé des amis, des collègues, et dans lequel il a failli perdre lui-même la vie.

C’est presque impossible de critiquer un tel livre, surtout pour en dire “du mal”. Je n’ai pas envie d’en dire du mal, simplement faire part de mon ressenti après en avoir lu plus d’un tiers. Malgré un début tragiquement prometteur, j’ai fini par comprendre que ce livre n’était pas pour moi, que je ne serais pas emporté par les mots de Philippe Lançon, pourtant probablement salvateurs pour lui.

J’aurais aimé aimer ce livre et en dire autant de bien que certains lecteurs dont j’ai vu des chroniques très élogieuses, même si elles ne cachaient pas la douleur de la lecture. J’ai renoncé, j’en ai honte, mais j’aurais sans doute plus honte encore si j’avais fait semblant d’avoir terminé et aimé ce livre si particulier.


Le lambeau, Philippe Lançon

Note : ★★☆☆☆

2 thoughts on “Le lambeau

  1. Même si j’ai aimé Le Lambeau, je comprends aussi qu’on puisse ne pas entrer dans l’histoire au vu du style classique (classieux) de l’auteur.

Leave a Reply

About Zéro Janvier

Blogueur. Lecteur obsessionnel, sériephile assidu, cinéphile occasionnel, amateur de comics. Citoyen engagé.