Helliconia Spring

Helliconia Spring est le premier volume d’une trilogie de science-fiction baptisée Helliconia et signée par Brian W. Aldiss.

J’avais déjà essayé de lire ce premier tome il y a quelques années mais j’avais abandonné, trouvant cette lecture trop difficile. J’ai retenté ma chance cette semaine et je ne le regrette pas !

L’idée de départ de cette trilogie de Brian W. Aldiss, c’est une planète : Helliconia, située à des années-lumières de la Terre. Sa particularité, c’est d’être en orbite autour d’un premier soleil baptisé Batalix, qui tourne lui-même autour de Freyr, un autre soleil bien plus grand que le premier. Helliconia tourne autour de Batalix en un peu plus de quatre-cent jours, constituant ainsi une année assez similaire à celles que nous connaissons sur Terre. Mais Helliconia et Batalix mettent plus de mille ans à tourner autour de Freyr.

Cette particularité astronomique provoque sur Helliconia des saisons immensément longues : l’hiver et l’été durent chacun plusieurs siècles et sont séparés par un court printemps qui bouleverse chaque fois l’écologie de la planète. Deux espèces humanoïdes se partagent le globe : les humains, qui nous ressemblent, semblent destinés à dominer pendant la longue saison estivale, tandis que les phagors, que j’ai envie de comparer à des minotaures des neiges, sont particulièrement adaptés aux conditions de vie hivernales.

Au rythme de ces saisons longues de plusieurs siècles, des civilisations naissent et meurent au gré des changements climatiques et écologiques. La faune et la flore évoluent également au fur et à mesure de l’éloignement ou du rapprochement de la planète par rapport au soleil Freyr.

Tout ceci n’est pas connu des habitants d’Helliconia, qui subissent les conséquences de ces longues saisons mais sans en comprendre le fonctionnement ni les causes. Humains et phagors semblent condamnés à revivre apogée et décadence de leurs civilisations respectives, une race dominant l’autre pendant plusieurs siècles avant que le printemps ne vienne inverse les rôles.

Dans le roman, nous découvrons tout cela à travers un ensemble de personnages, principalement humains, qui peuplent l’un des continents d’Helliconia. De temps en temps, l’auteur nous propose également des interludes sur une station orbitale terrienne qui observe Helliconia à l’insu de ses habitants, et sans avoir le droit d’intervenir sur la planète.

Tout commence avec un long prélude qui nous raconte l’enfant et l’apprentissage du jeune Yuli, un chasseur qui découvre la vie dans une cité souterraine après avoir perdu son père dans une attaque par des phagors. Ensuite, le récit se poursuit plusieurs décennies plus tard, quand les descendants de Yuli vivent dans un petit village qui s’apprête à quitter l’hiver d’Helliconia pour connaître le printemps et ses bouleversements.

Le récit est parfois lent, s’attardant sur des détails plus ou moins intéressants. On sent la volonté de l’auteur de nous présenter une planète cohérent, pensée dans ses moindres détails sans ses particularités, avec son climat, sa géographie, sa faune, sa flore, ses civilisations, ses religions, etc. C’est ambitieux, souvent passionnant, parfois un peu moins.

Après avoir terminé ce premier volume, je comprends pourquoi j’avais eu du mal à le terminer lors de ma première tentative de lecture, mais je suis également heureux d’avoir insisté cette fois-ci. L’effort n’est pas négligeable car c’est une lecture difficile et exigeante, mais j’ai très envie de poursuivre l’aventure et de découvrir l’évolution de la planète Helliconia et de ses habitants dans le prochain volume : Helliconia Summer, qui comme son nom l’indique se déroule lors de la prochaine saison, l’été.


Helliconia Spring, Brian W. Aldiss

Note : ★★★★☆

Leave a Reply

About Zéro Janvier

Blogueur. Lecteur obsessionnel, sériephile assidu, cinéphile occasionnel, amateur de comics. Citoyen engagé.