Parce que c’était lui, parce que c’était moi

Dans ce livre signé par Marie-Laure Delorme, à qui on l’on doit déjà deux livres-enquêtes sur l’ENA et l’ENS, des hommes, et de rares femmes politiques se livrent sur leur rapport à l’amitié en politique et sur leurs relations avec leurs amis.

Ce fut l’occasion pour moi de redécouvrir que l’on peut éprouver du respect et de l’estime pour l’homme derrière le politique, au-delà des divergences d’opinion, parfois profondes.

Je ne soutiendrai jamais l’action politique d’Edouard Philippe mais je serai toujours séduit par le fait de partager une passion avec lui : l’amour des livres et de la littérature. Je l’avais découvert avec son très beau livre « Des hommes qui lisent » et le chapitre qui lui est consacré dans celui-ci a confirmé mon respect pour l’homme derrière le Premier Ministre d’Emmanuel Macron.

Ce chapitre sur Edouard Philippe est le premier du livre et c’est aussi l’un de mes préférés. D’autres m’ont laissé plus indifférents, sans que je sache s’il y a là un lien avec l’intérêt ou l’estime que je porte à l’égard de la personne interviewée.

J’ai tout de même découvert des personnalités, des parcours que je ne connaissais pas. J’ai notamment été touché par Anne Hommel, conseillère en communication de Dominique Strauss-Kahn, qu’elle a accompagné et soutenu jusqu’aux pires moments, avant de voir leur amitié être rompue malgré elle.

Tout n’est pas parfait dans ce livre, il y a peut-être un peu de voyeurisme dans cette façon de parler de certaines coulisses de la vie politique sous l’angle de l’amitié. Il y a aussi une tendance de l’autrice à se mettre en scène, qui m’a un peu agacé.

Mais l’ensemble est très bon et donne un livre sensible sur l’amitié en politique, et l’amitié en général.


Parce que c’était lui, Parce que c’était moi, Marie-Laure Delorme

Note : ★★★★☆

Leave a Reply

About Zéro Janvier

Blogueur. Lecteur obsessionnel, sériephile assidu, cinéphile occasionnel, amateur de comics. Citoyen engagé.