Lectures BD en vrac #2

Un peu moins d’un an après un billet du même type, je reviens vous parler de quelques BD lues récemment grâce au choix éclairé et diversifié de ma médiathèque préférée.


Quelques jours ensemble, Fanny Montgermont & Alcante

Une jolie bande dessinée sur la paternité, la maladie et la différence.

Xavier, la trentaine, patron d’une société d’infographie et coureur de jupons, est recontacté par Natacha, son ex qu’il a quittée quand ils avaient vingt ans. Atteinte d’un cancer pour lequel elle va être hospitalisée, il lui demande de s’occuper quelques jours de Julien, son fils de treize ans. Son fils, à elle, mais aussi à lui, bien qu’il en ignorait l’existence jusque là. Premier choc pour Xavier.

Deuxième choc quand il rencontre son fils : Julien est atteint d’une maladie qui provoque son vieillissement accéléré. Âgé de treize ans, Julien a l’apparence, et la fragilité cardiaque, d’un vieillard.

Cette BD nous propose donc une rencontre inattendue entre un père immature et franchement antipathique, et un fils forcé de mûrir plus vite que ses camarades. C’est un face-à-face dont Xavier ne sortira pas forcément inchangé.

Le dessin n’est pas forcément à mon goût, mais il fonctionne bien avec le récit. Celui-ci est sans grande surprise, efficace et sachant aborder des sujets difficiles. Cela donne une bande dessinée réussie, même s’il m’a manqué un petit quelque chose pour être totalement séduit.

Note : ★★★☆☆


Robin des Bois, Thomas Frisano, Pierre Boisserie, Héloret

Une adaptation en bande dessinée des aventures de Robin des Bois et de ses camarades. L’angle choisi est de commencer par nous raconter l’enfance des trois « bâtards » : Robin, Petit-Jean et Will, avant d’entrer véritablement dans le récit classique de la résistance de la bande de Sherwood contre les abus du Shérif de Nottingham et du Prince Jean. C’est plutôt plaisant à lire, surtout pour moi qui ai toujours adoré la figure de Robin des Bois.

Note : ★★★☆☆


Gatsby le magnifique, Stéphane Melchior-Durand

Je n’ai jamais lu le roman de F. Scott Fitzgerald, j’ai donc découvert l’histoire de Gatsby le magnifique avec cette adaptation en bande dessinée parue chez Gallimard BD.

Les dessins ne sont pas forcément à mon goût, surtout les visages des personnages que j’ai parfois confondus, notamment Gatsby et le narrateur Nick.

Le récit est intéressant et assez prenant, même si j’ai eu du mal à comprendre où tout cela nous menait et surtout quel est le propos de l’auteur : de quoi veut-il nous parler finalement ?

Peut-être le roman est-il plus réussi et mérite-t-il toutes les louanges entendues à son propos. Quant à celle adaptation en bande dessinée, elle se laisse lire mais je ne suis pas certain d’en garder un souvenir impérissable.

Note : ★★★☆☆


La partition de Flintham, Barbara Baldi

Une très jolie bande dessinée traduite de l’italien, qui nous plonge dans l’Angleterre du milieu du XIXème siècle où des jeunes filles, Clara et Olivia, se déchirent après la mort de leur grand-mère qui lègue à l’une le domaine familial et son manoir, à l’autre son patrimoine financier. Vexée, Olivia part à Londres avec la fortune dont elle a hérité, tandis que Clara, sans le sou, reste au domaine où elle doit entretenir le manoir.

Si le récit n’est pas vraiment surprenant, il est parfaitement servi voire sublimé par les magnifiques dessins. Le trait et les couleurs nous plongent réellement dans l’atmosphère du XIXème siècle anglais.

Cette bande dessinée est une jolie découverte et une belle réussite.

Note : ★★★★☆


Animabilis, Thierry Murat

Une bande dessinée assez étrange qui se déroule dans l’Angleterre de la deuxième moitié du XIXème siècle, où un jeune journaliste français vient enquêter sur une affaire de massacres plus ou moins ésotériques dont raffole le lectorat du journal parisien qui l’emploie.

Les dessins sont splendides et en parfait accord avec l’ambiance de l’histoire. Le récit m’a semblé un peu brouillon, mêlant enquête, mythes celtiques, religion et poésie. Difficile de s’y retrouver dans tout cela et de comprendre ce que l’auteur a voulu nous raconter.

Note : ★★★☆☆


Corps sonores, Julie Maroh

Une très jolie bande dessinée québécoise, composée de 21 histoires courtes sur le thème de l’amour : rencontres, disputes, doutes, pauses, ruptures, deuils, etc.

C’est finement écrit, joliment illustré, et l’ensemble est plutôt touchant. Le point marquant c’est la diversité des couples et des personnages : hétéros, gays, lesbiennes, trans, polyamoureux , handicapés, etc. Ça change, et c’est bienvenu de montrer l’amour sous toutes ses formes.

Note : ★★★★☆


Millenium – 1. Les hommes qui n’aimaient pas les femmes, Sylvain Runberg & Homs

L’adaptation en bande dessinée du best-seller de Stieg Larsson : un polar scandinave qui fonctionne très bien, mais que je suis plutôt content d’avoir pu découvrir dans un album de BD en 130 pages plutôt que de devoir passer par la longue lecture d’un roman plus épais et son suspense savamment étiré.

Note : ★★★★☆


Les mille et une vies des urgences, Dominique Marmoux & Baptiste Beaulieu

Une très belle adaptation en bande dessinée du livre de Baptiste Beaulieu, lui même basé sur le blog où il racontait son quotidien de médecin aux Urgences.

Au début j’ai trouvé le dessin de Dominique Mermoux un peu trop léger ou flou, mais sur la durée j’ai trouvé qu’il a accompagnait très bien les histoires de Baptiste Beaulieu.

Voici une BD dont la qualité se dévoile progressivement. Cela commence comme une série d’anecdotes parfois drôles, parfois émouvantes, parfois les deux à la fois. Cela finit comme une belle leçon d’humanité, les yeux humides.

Note : ★★★★★


Castro, Reinhard Kleist

Une bande dessinée passionnante sur la vie de Fidel Castro.

On suit l’histoire de la révolution cubaine : l’enthousiasme des débuts, la transformation d’une révolution de libération populaire en une révolution communiste, les relations plus que difficiles avec le voisin impériale américain, le durcissement progression du régime en une dictature refusant la critique et muselant notamment les intellectuels, les effets de l’embargo commercial et l’appauvrissement de la population, et enfin la sécession entre Fidel Castro et son frère Raúl.

C’est une formidable leçon d’histoire en bande dessinée, le format idéal pour donner vie aux personnalités qui ont écrit cette Histoire : Fidel Castro bien sûr, mais aussi le « Che ».

Note : ★★★★★

Leave a Reply

About Zéro Janvier

Blogueur. Lecteur obsessionnel, sériephile assidu, cinéphile occasionnel, amateur de comics. Citoyen engagé.