The Expanse – 7. Persepolis Rising

Persepolis Rising est le septième volume de la saga de science-fiction The Expanse signée James S.A. Corey, le nom de plume du duo composé des auteurs Daniel Abraham et Ty Franck.

Après un sixième volume sympathique mais un peu moins à mon goût que les précédents, j’attendais que celui-ci relance totalement mon intérêt pour la saga. Malheureusement, je garde un sentiment mitigé après ce septième tome.

Pourtant, cela commençait plutôt bien : après la multitude de narrateurs du précédent volume, j’ai d’abord été rassuré en parcourant la table des matières de voir que le nombre de points de vue était réduit. Hormis quelques rares chapitres isolés, l’action est recentrée sur quatre personnages et donc quatre points de vue :

  • Holden, le boy-scout capitaine du Roccinante
  • Bobbie, l’ancienne combattante des Marines martiens
  • Drummer, désormais présidente de l’Union qui gère les transports entre les Anneaux
  • Singh, un nouveau personnage venu de Laconia, le système où les rebelles martiens s’étaient exilés pendant que la Free Navy semait la terreur lors du cinquième tome

L’autre élément qui saute aux yeux dès les premières pages, c’est le bond dans le temps proposé par les auteurs. Alors que les dix premiers tomes se déroulaient l’espace de quelques années, celui-ci reprend le récit 30 ans après la fin du précédent volume. L’équipage du Roccinante a vieilli, Jim et Naomi rêvent de prendre une retraite bien méritée sur Titan quand l’anneau de Laconia, inactif depuis trois décennies, montre des signes d’activité.

Pourtant, je dois dire que j’ai eu un peu de mal à me passionner pour cette histoire. Nous sommes face à une histoire somme toute classique d’invasion par une puissance technologiquement supérieure et de résistance face à l’envahisseur. Cela pourrait être passionnant et bien traité dans un récit de science-fiction, mais je n’ai pas été emballé cette fois-ci. Il y a de bons moments, des passages réussis, mais j’ai aussi eu du mal à avancer parfois, un peu lassé par les actes prévisibles des personnages et par un récit sans grande surprise.

C’est d’autant plus dommage qu’il y a tout pour me plaire dans ce volume : un récit qui se veut épique, l’évocation de la vie dans une cité occupée, la guerre désespérée face à un ennemi nettement supérieur, et un antagoniste fascinante. Malheureusement j’ai été déçu par la façon dont les auteurs développent tous ces aspects prometteurs.

Espérons que le huitième et avant-dernier tome de la saga, Tiamath’s Wrath, me réconciliera avec les auteurs de The Expanse, qui m’avaient habitué à bien mieux jusque là.


The Expanse – 7. Persepolis Rising, James S.A. Corey

Note : ★★★☆☆

Leave a Reply

About Zéro Janvier

Blogueur. Lecteur obsessionnel, sériephile assidu, cinéphile occasionnel, amateur de comics. Citoyen engagé.