Livres & Romans

Des livres sur l’écriture (3)

Je continue ma lecture assidue de livres sur l’écriture, malgré la déception des trois dernières tentatives. Cette fois, j’ai lu quatre courts livres du même auteur : l’écrivain américain Steven Pressfield, qui décline ses concepts de résistance et d’approche professionnelle du travail créatif.


The War of Art, Steven Pressfield

18624273

Un livre de moins de 200 pages, avec de courts chapitres, mais profondément inspirant. Dans la première partie, Steven Pressfield définit ce qu’il appelle la Résistance, cette force qui nous empêche de réaliser notre potentiel créatif et qui se manifeste notamment par la procastination. La deuxième partie permet à l’auteur de proposer sa solution pour lutter contre la Résistance, en adoptant une attitude de Pro dans notre travail de création. La troisième partie parle d’inspiration et d’attitude créative. Plus mystique, elle m’a moins plu, mais l’impression laissée par les deux premiers tiers du livre a été suffisante : c’est un livre inspirant et marquant, que je pense garder en tête un bout de temps.

Note : ★★★★☆


Do the Work, Steven Pressfield

23353251

S’il y a quelque chose que l’on peut reconnaître à Steven Pressfield, c’est qu’il sait aller à l’essentiel. « The War of Art » était déjà relativement court (un peu moins de 200 pages) mais celui-ci est encore plus synthétique, avec moins de 100 pages. Pourtant, cela n’enlève rien à la force de son message, bien au contraire.

On retrouve ici le style affirmatif et presque impératif de l’auteur, pour nous parler à nouveau de Résistance et de l’attitude qu’il préconise pour tout travail créatif. Il y a quelques redites et reprises, assumées pour la plupart, de « The War of Art », mais ce livre se veut plus pratique, comme une suite de conseils voire de mantras pour le lecteur/auteur/créateur.

La forme aurait pu me rendre sceptique, mais j’ai trouvé cela très inspirant. Je me dis que c’est un livre que je devrais garder près de moi pour le relire la prochaine fois que j’aurai un coup de mou et que je serai tenté d’abandonner l’écriture, découragé par l’ampleur de la tâche.

Note : ★★★★☆


Turning Pro, Steven Pressfield

14912777

Turning Pro se présente comme la suite directe de The War of Art, mais je l’ai trouvé un peu moins bon que son prédécesseur.

La première partie m’a semblé particulièrement redondante avec les deux premiers livres de Steven Pressfield sur le même sujet, d’autant que la forme est beaucoup moins percutante.

La deuxième partie retrouve le style percutant qui m’avait séduit dans les deux premiers livres. L’auteur y définit à nouveau ce qu’il appelle l’amateur et le professionnel, et ça m’a beaucoup parlé. Surtout l’amateur :-)

Dans la troisième partie, j’ai retrouvé les défauts de la première, avec des exemples parfois longs et un peu à côté du sujet à mon humble avis.

Dans l’ensemble, je trouve ce livre moins indispensable que les deux premiers, avec une légère tendance de l’auteur à s’écouter parler, si je peux l’exprimer ainsi pour un livre.

Note : ★★★☆☆


Nobody Wants to Read Your Sh*t, Steven Pressfield

41O76L-5kzL

J’avoue être entré un peu à reculons dans ce livre, après avoir été un peu déçu par le précédent. Le début m’a plutôt donné raison, avec à nouveau des redites des livres précédents et un style moins percutant que celui qui m’avait tant plu dans The War of Art et Do the Work.

Heureusement, la suite est bien meilleure, avec des conseils pratiques sur la façon d’écrire une histoire, de construire une narration. Le livre se base sur les expériences de Steven Pressfield comme scénariste et écrivain de fiction et de non-fiction. L’auteur partage ce qu’il a appris, parfois dans la douleur, et c’est plutôt instructif.

Je regrette peut-être une approche un peu « systématique » de l’écriture, avec des structures narratives toutes faites, mais cela n’empêche pas de profiter de tous les autres enseignements proposés dans ce livre.

Finalement, même si ce livre n’est pas aussi indispensable que The War of Art, il constitue une lecture instructive, peut-être le plus « pratique » des quatre.

Note : ★★★★☆


Ainsi s’achève ce billet sur les quatre livres de Steven Pressfield que j’ai lus récemment.

Si je devais vous donner une recommandation finale :

  1. The War of Art est de loin le plus intéressant (si ce n’est indispensable)
  2. Do the Work est très inspirant, en complément du premier
  3. Nobody Wants to Read Your Sh*t est un bon complément avec des conseils plus pratiques sur la construction narrative
  4. Turning Pro est à mon avis le plus dispensable des quatre

4 réflexions sur “Des livres sur l’écriture (3)

Laisser un commentaire