Comics & BD

Red Robin (2) : Collision

Après The Grail dont je parlais la semaine dernière, Collision est le deuxième album de la nouvelle série Red Robin. Il compile les numéros 6 à 12 de la série ainsi que le numéro 8 de Batgirl pour un cross-over comme DC nous en propose régulièrement.

L’histoire reprend là où elle s’était arrêtée à la fin de The Grail : Tim Drake, sous sa nouvelle identité de Red Robin, est toujours en Europe et s’est allié à Ra’s Al Ghul pour retrouver Bruce Wayne. Dans la première partie de cet album, ils affrontent ensemble le « Council of Spiders », une organisation qui s’attaque à la Ligue des Assassins de Ra’s Al Ghul. Evidemment, Tim n’a pas totalement rejoint le camp de son ancien ennemi et va faire d’une pierre deux coups en vainquant ses deux adversaires en même temps. Ce n’est pas la partie la plus intéressante de l’album.

La seconde partie, qui voit le retour de Tim à Gotham City est nettement meilleur. Il y retrouve Dick Grayson et Damian Wayne, le nouveu duo Batman/Robin ainsi que son ancienne petite amie Stephanie Brown, qui porte désormais le costume de Batgirl. Les retrouvailles sont tendues, surtout quand Stephanie apprend que Tim a travaillé main dans la main avec Ra’s Al Ghul en Europe. Celui-ci fait d’ailleurs son retour à Gotham pour se venger de Tim et conquérir l’héritage de Bruce Wayne.

L’heure est venue pour le grand affrontement entre la Bat-Family au grand complet et le vieil ennemi immortel de Batman. Dans cet affrontement, Red Robin prend ses responsabilités et est prêt à se sacrifier pour sauver tous ses proches.

L’album est tout à tour épique, drôle et touchant. La rivalité entre Tim et Damian, les deux derniers Robin, est toujours aussi amusante à suivre, avec les piques qu’ils continuent à se lancer : Damian se considère comme le seul fils légitime de Bruce Wayne, alors que Tim ne comprend toujours pas comment Damian peut porter le costume de Robin. Les retrouvailles de Tim avec son meilleur ami Conner (Super Boy) sont émouvantes. Celles avec Stephanie Brown sont suffisamment ambigües pour se demander quand le fameux couple se reformera. Quant à Dick Grayson, le nouveau Batman, il considère Tim comme son frère et son égal, ce qui explique sa décision de confier le costume de Robin à Damian plutôt qu’à Tim.

Tim Drake est et restera sans doute mon personnage préféré de la Bat-Family. Sa nouvelle incarnation, dans la costume de Red Robin, me plait vraiment beaucoup. Emancipé de Batman mais fidèle à ses valeurs, c’est pour moi le véritable héritier de Bruce Wayne et de Batman, plus encore que Dick Grayson qui a pourtant repris le costume de l’homme-chauve-souris.

Comics & BD

Red Robin (1) : The Grail

Red Robin : The Grail compile les cinq premiers numéros de la nouvelle série Red Robin de DC Comics. Après le chamboulement provoqué par la mort de Bruce Wayne dans Final Crisis, DC Comics a en effet remis à plat ses publications autour de Batman. La série Batman & Robin met en scène les aventures Dick Grayson et Damian Wayne dans les costumes de Batman et de son sidekick. La série Robin s’est arrêtée après des années de bons et loyaux services, mais Tim Drake, toujours très populaire chez les fans, poursuit ses aventures dans le costume de Red Robin et dans la série du même nom.

Dans ce premier album, nous suivons le périple de Tim Drake/Wayne en Europe et en Irak, à la recherche de son mentor Batman, qu’il est le seul à croire encore vivant. En parallèle, des flashbacks nous permettent de découvrir dans quelles circonstances le fils adoptif de Bruce Wayne a quitté Gotham City, après que Dick Grayson, qui a repris le costume de Batman, ait offert à Damian Wayne celui de Robin. Tim désapprouve totalement cette décision : il faut dire que cela n’a jamais été le grand amour entre Damian et lui, Tim considère que Damian ne mérite pas de porter le costume que Dick et lui ont honoré pendant des années. Devenu globe-trotter, Tim Drake croise la route de la Ligue des Assassins, l’organisation dirigée par Ra’s Al Ghul. Les anciens ennemis vont peut-être devoir s’unir pour atteindre leur objectif : retrouver la trace de Bruce Wayne.

Tim Drake et Ra’s Al Ghul, voilà deux raisons suffisants pour que j’aime cet album. Mon personnage préféré et mon « méchant » préféré, que demander de plus ? Tim Drake a toujours été mon Robin préféré, et son évolution en Red Robin est très intéressante à suivre. Perdu, sans repères et sans mentor, Tim semble en permanence à la limite de basculer dans l’abysse, à la manière d’un Jason Todd vengeur et meurtrier. J’ai bien aimé voir ce côté obscur de Tim, qui a longtemps été une sorte de jeune premier sans défaut. Je suis en tout cas impatient de découvrir la suite de ses aventures et son évolution dans cette nouvelle série très prometteuse.

Comics & BD

Batman : Battle for the Cowl

Après Batman R.I.P. qui m’avait globalement déçu et Final Crisis qui contient la « mort » de Bruce Wayne mais que je n’ai pas terminé, agacé par l’intrigue confuse et le côté spectaculaire inutile, je suis enfin arrivé à Battle for the Cowl, l’album qui raconte la succession de Batman.

Bruce Wayne est mort. Batman ne veille plus sur Gotham City, la ville subit l’affrontement des gangs et des criminels séparés en deux camps : les fidèles du Pinguin et ceux de Double-Face. Dick Grayson, le premier Robin, refuse de reprendre le costume de Batman et continue de porter celui de Nightwing, son avatar depuis de longues années. Pourtant, un mystérieux Batman fait son apparition et use de méthodes que Bruce Wayne aurait totalement désavouées. Qui se cache sous le masque de ce Batman violent et sans scrupules ?

Cet album nous propose de suivre la lutte entre les successeurs potentiels de Bruce Wayne / Batman. Au premier rang, on trouve évidemment Dick Grayson et Jason Todd, les deux premiers Robin. Au second plan, Tim Drake (le troisième et actuel Robin) et Damian Wayne (le fils de Bruce Wayne dont nous avions découvert l’existence récemment dans Batman and Son). Tous quatre veulent se montrer dignes de l’héritage de leur mentor, ou dans le cas de Jason montrer que les méthodes de Bruce n’étaient pas efficaces.

J’ai vraiment aimé cet album, qui vient à point nommé après une série d’albums en demie-teinte. La lutte entre les héritiers est passionnante à suivre, même si elle est finalement sans surprise. Me voici en tout cas réconcilié avec la série Batman, prêt à aborder la suite avec impatience !

Comics & BD

Batman R.I.P.

Batman R.I.P. est un album qui regroupe l’arc du même nom, en compilant un prologue publié dans le numéro 0 de DC Universe et les numéros 676 à 683 de la série régulière Batman. Il s’inscrit dans la continuité directe de l’album The Black Glove dont j’avais parlé ici cet été.

Alors que Bruce Wayne continue à filer le parfait amour avec le mannequin Jezebel Jet, The Black Glove continue à s’agiter en coulisses. A la tête de laquelle de cette mystérieuse organisation se trouve un individu tout aussi mystérieux. Son objectif est simple : détruire Batman, pour d’obscures raisons. Au milieu de tout cela, on retrouve le Joker, dont je n’ai pas vraiment compris le rôle dans l’histoire. Mais après tout, ce n’est pas la seule chose que je n’ai pas comprise dans cette sombre histoire …

Je crois que j’ai vraiment un problème avec cet arc Black Glove / R.I.P. : je n’arrive vraiment pas à m’emballer pour cette étrange machination, dont les tenants et les aboutissants m’échappent totalement. Dans cet album, on enchaîne les flash-backs (notamment les rencontres entre Bruce Wayne et les trois premiers Robin) et des séquences dans une sorte de monde parallèle où les parents de Bruce Wayne ne seraient pas morts lorqu’il était enfant et où il ne serait pas devenu Batman. J’ai vite été perdu et j’ai continué à lire sans forcément faire d’effort pour comprendre ce qui se passait. Et finalement, je n’ai même pas compris la fin de l’album. Que devient Batman, à la fin ? Je suis incapable de l’expliquer.

Il est donc temps pour moi que cet arc s’achève et que les compteurs soient remis à zéro avec la mort tant annoncée de Batman dans l’événement Final Crisis, le gros cross-over de la mort qui tue et qui sera ma prochaine lecture « batmanesque« . En attendant, je vais ranger Batman R.I.P. dans ma bibliothèque, où il risque de rester immobile pendant de longues années.

Comics & BD

Batman : Heart of Hush

Batman : Heart of Hush

Après The Black Glove dont je parlais avant-hier et qui servait d’introduction à l’événement Batman : R.I.P., Heart of Hush est un album un peu particulier. Il est lié à l’arc R.I.P. mais peut se lire indépendamment. Le lien avec l’intrigue principale est très simple : Hush apprend que Batman est la cible du Black Glove et décide de devancer ce dangereux rival en mettant à exécution son plan visant à se venger – définitivement – du justicier de Gotham City.

Comparé au Joker ou Ra’s al Ghul, Hush n’est pas un ennemi très ancien de Batman : il n’est apparu qu’en 2002-2003 mais c’est pourtant l’un de mes « méchants » préférés. Son histoire personnelle, liée à celle de Bruce Wayne, est originale et intéressante. J’espère ne pas commettre d’impair en révélant que derrière les bandages de Hush se cache Thomas « Tommy » Elliot, un ami d’enfance de Bruce. L’arc Hush dans lequel il faisait son apparition est à mes yeux l’un des meilleurs publiés depuis une dizaine d’années. C’est vraiment intéressant de voir un ennemi avec une psychologie complexe et des raisons personnelles pour s’en prendre à Bruce/Batman.

Heart of Hush a été publié en 2009 dans les numéros 846 à 850 de Detective Comics. Hush est de retour et va une fois de plus s’attaquer à son ennemi intime, Bruce Wayne / Batman. Pour cela, il fait appel au docteur Jonathan Crane (Scarecrow) et s’en prend à Catwoman, l’une des rares femmes à laquelle Bruce est attaché.

L’histoire elle-même n’est pas forcément très originale, mais c’est l’occasion de découvrir le passé de Tommy Elliot. Les flash-backs qui nous ramènent à l’enfance et à l’adolescence de Tommy et Bruce sont particulièrement intéressants, ils nous permettent de découvrir les événements qui ont amené Tommy à haïr Bruce et à endosser l’identité de Hush.

Heart of Hush m’a beaucoup plu, nettement plus que The Black Glove. Avec Hush, je suis en terrain connu, avec un ennemi que j’apprécie énormément et que je prends plaisir à retrouver régulièrement. Cela m’a donné envie de relire l’arc où nous l’avions découvert.

Prochains albums dans ma pile : le très attendu Batman R.I.P. (où Batman ne meurt pas) et Final Crisis (où Batman « meurt », avec des guillemets pour souligner la relativité de la mort dans les comics …).

Comics & BD

Batman : The Black Glove

Batman : The Black GloveThe Black Glove compile les numéros 667 à 669 et 672 à 675 de la série Batman. L’ombre du « Black Glove » (le Gant Noir en VF, je trouve que ça fait tout de suite plus ridicule …), un mystérieux ennemi supposé de Batman, plane tout au long de l’album. Celui-ci se décompose en fait en deux parties qui correspondent à deux histoires plus ou moins indépendantes.

La première histoire, qui correspond aux numéros 667 à 669, plonge Batman dans un étrange huis-clos. Invité sur une île par un vieil ami, il y retrouve une bande de héros costumés venus de plusieurs pays. Ces héros, pour certains retraités de la lutte contre le crime, commencent à être assassinés un par un. On se croirait alors dans un remake à la sauce comics de Dix petits nègres d’Agatha Christie. Cette histoire ne m’a pas passionné : les personnages, hormis Batman et Robin, m’ont semblé assez pathétiques ou en tout cas inintéressants. L’intrigue elle-même, un peu confuse, ne m’a pas accroché, et j’ai donc suivi les trois chapitres sans grand enthousiasme.

La deuxième partie, qui regroupe les numéros 672 à 675, confronte Batman à un adversaire qui porte un costume proche du sien. Il s’agit en fait d’un ancien policier,entraîné plusieurs années auparavant par la Police de Gotham pour remplacer Batman dans l’éventualité où celui-ci disparaitrait. L’intrigue est à nouveau complexe, avec des flash-backs confus et des références à des histoires antérieures. J’avoue ne pas avoir réussi à tout suivre mais j’ai tout de même pris plus de plaisir à lire cette histoire que la première de l’album.

The Black Glove est globalement un album étrange et difficile d’accès. Il introduit un nouvel ennemi qui avance dans l’ombre et dont les intentions sont loin d’être claires. La suite, dans Batman R.I.P. s’annonce aussi étrange, et je l’espère, passionnante !

Comics & BD

Batman : The Resurrection of Ra’s al Ghul

Batman : The Resurrection of Ra's al Ghul

L’album The Resurrection of Ra’s al Ghul reprend l’arc du même nom ; il compile les numéros spéciaux Batman Annual et Robin Annual de l’année 2007, ainsi que des numéros des séries régulières Batman (670 et 671), Robin (168 et 169), Nightwing (138 et 139), et Detective Comics (838 et 839). C’était, cette année-là, l’événement annuel des séries affiliés à Batman. Comme chaque fois avec ce type d’événement, il s’agit d’un grand cross-over entre les différentes séries de la Bat-Family, où Batman et ses alliés se retrouvent généralement pour combattre un ennemi commun.

Dans cet album, comme le titre le laisse aisément deviner, l’ennemi est Ra’s al Ghul, le vieil ennemi « immortel » de Batman. Je mets de guillemets autour d’immortel car lors du dernier affrontement entre Batman et Ra’s al Ghul, celui-ci était censé avoir disparu pour de bon, après que le détective de Gotham ait détruit tous les « Lazarus Pits » que Ra’s al Ghul utilisait pour se régénérer et qui lui offraient ainsi la vie éternelle.

Malheureusement pour Batman, et heureusement pour notre bon plaisir, rien n’est jamais aussi simple dans l’univers de DC Comics, et Ra’s al Ghul n’a pas dit son dernier mot. Sa dernière trouvaille ? Prendre possession du corps de son petit-fils Damian, que nous avions découvert dans Batman and Son et qui n’est autre que le fils de Talia al Ghul (la fille de …) et de Bruce Wayne (Batman).

C’est avec ce point de départ simplissime (n’est-ce pas ?) que débute cette histoire où vont tour à tour s’allier et s’affronter de nombreux personnages liés à Batman :

  • Batman, évidemment
  • Ra’s al Ghul, dans le rôle de Grand Méchant qui lui va si bien
  • Dick Grayson, alias Nightwing, le premier Robin qui a pris son envol
  • Tim Drake, le troisième Robin
  • Talia, la fille de Ra’s al Ghul et ancienne maîtresse de Bruce Wayne
  • Damian, le fruit de l’union de Bruce Wayne et Talia al Ghul
  • Sensei, un maître en arts martiaux qui s’intéresse de près aux rumeurs sur Ra’s al Ghul
  • White Ghost, le fidèle compagnon de Ra’s Al Ghul
  • I-Ching, un moine-combattant qui vient prêter main forte à Batman

Ce large éventail de protagonistes est à la fois une qualité et une défaut : si j’ai retrouvé avec plaisir certains personnages (Ra’s al Ghul, l’un de mes ennemis favoris de Batman ; Damian, que j’adore ; et et évidemment Tim Drake, mon chouchou intergalactique), d’autres m’ont semblé moins intéressants (Sensei et I-Ching, en particulier).

De même, la qualité et l’intérêt de l’album n’est pas homogène : toute l’histoire n’est pas palpitante et certains passages sont franchement dispensables. Comme souvent, j’ai adoré les épisodes centrés sur Robin alors que ceux avec Nightwing m’ont laissé de marbre. Quant à Damian, plus je le vois et plus je l’apprécie ! Le gamin prétentieux, capricieux et impulsif de Batman and Son est toujours aussi prétentieux, capricieux et impulsif, mais s’affirme comme un digne héritier de son père. Le voir porter le costume de Robin m’a bien plu, je l’avoue et mon petit doigt me dit que ce n’était pas la dernière fois ;-)

The Resurrection of Ra’s al Ghul n’est pas forcément inoubliable, mais il reste un arc majeur de ces dernières années. Décevant par moments, passionnant par d’autres, ce fut pour moi l’occasion de faire plus ample connaissance avec Damian Wayne et de le voir cotoyer Tim Drake. Quand mes deux personnages préférés de la Bat-Family se rencontrent, cela ne peut-être que bon, non ?