Livres & Romans

Surveillant

Surveillant
Surveillant

David von Grafenberg signe avec « Surveillant » un roman de grande qualité. Surveillant dans un collège, l’auteur nous fait partager son expérience.

Le récit suit l’année scolaire, chaque chapitre permettant à l’auteur de nous parler d’un élève en particulier et parfois de disserter sur un sujet de fond : la violence, la solitude, la mort, la drogue, les relations parents-enfants, les jeux vidéos, la sexualité, l’homophobie, etc.

On n’échappe pas à quelques stéréotypes, à tel point que j’ai parfois eu du mal à savoir où se situait la frontière entre la fiction et l’autobiographie, mais l’essentiel n’est pas là. L’auteur nous livre avant tout un regard original sur une génération, réaliste sur l’évolution des mœurs mais loin des livres souvent déprimants que j’ai déjà lus sur l’enseignement et l’école.

C’est aussi un livre qui déborde de tendresse pour ces enfants-adolescents et c’est ce que j’en retiens. J’ai été réellement ému par certains récits et quelques phrases fortes résonnent encore, longtemps après les avoir lues. Cela m’a presque donné envie de réaliser mon vieux rêve d’enseigner.

Surveillant, David von Grafenberg

Editions Anne Carrière, ISBN 978-2-8433-7491-3

Note : ★★★★/☆☆☆☆☆

Livres & Romans

N’oubliez pas de vivre

N’oubliez pas de vivre est un roman publié en 2004 chez Albin Michel. J’ai découvert son auteur, Thibaut de Saint-Pol, grâce à un billet d’Ikare concernant son dernier roman, Pavillon Noir.

La quatrième de couverture présente très bien le livre :

L’enfer des prépas. Travailler, exceller jusqu’à « oublier de vivre ». Apprendre à tout connaître et ne plus rien savoir. De soi ni des autres.

Pensionnaire pendant ses deux années d’hypokhâgne et de khâgne dans un lycée de la banlieue parisienne, un jeune homme découvre avec stupéfaction les rouages d’un monde à part. Comme un enfant pris au piège, il cherche secrètement à rompre l’isolement. Un mot, un geste, un regard échangé avec Quentin, et c’est le début d’une amitié inavouable. Dans les couloirs des classes préparatoires, là où se forme l’élite de la nation, la souffrance est silencieuse.

Un premier roman d’apprentissage, d’angoisse et de douleur, qui révèle le talent et le style remarquables d’un nouvel auteur.

Je n’ai pas été élève en classes préparatoires aux grandes écoles, je ne saurai donc dire si le tableau dressé par l’auteur reflète fidèlement la réalité. Par contre, j’ai apprécié de le fait de pouvoir entrer facilement dans ce « monde » grâce aux explications finement distillées par le narrateur. J’avais peur de plonger dans un livre écrit par un ancien élève de prépa pour d’anciens élèves de prépa mais ce n’est pas le cas.

C’est un récit fort qui semble refléter l’ambiance particulière des classes préparatoires. Le dénouement m’a surpris sans vraiment me surprendre. En fait, a posteriori, je me dis que tout allait dans cette direction mais sur le coup j’ai véritablement été choqué par la tournure prise par les événements finaux.

Mon premier contact avec un roman de Thibaut de Saint-Pol est très positif ; Pavillon Noir m’attend déjà pour poursuivre ma découvert de cet auteur.

N’oubliez pas de vivre, Thibaut de Saint-Pol
Albin Michel, ISBN 2226153969