Comics & BD

La Présidente, 2. Totalitaire

Après un premier volume qui m’avait beaucoup plu, j’avais hâte de découvrir la suite de la bande dessinée de politique-fiction La Présidente signée François Durpaire sur des illustrations de Farid Boudjellal. Le deuxième album, titré Totalitaire, reprend le récit après la fin du premier.

Après six mois d’exercice du pouvoir, Marine Le Pen a conduit le pays au bord du gouffre : isolée sur le plan diplomatique, théâtre de heurts toujours plus violents à l’intérieur de ses frontières et dans un contexte économique alarmant, la France est dans l’impasse. Apothéose de cette situation catastrophique, le Président de l’Assemblée Nationale Florian Philippot, a été kidnappé.

La Présidente : Totalitaire, dévoile la fuite en avant d’une Marine Le Pen acculée, débordée sur sa droite. Sous la pression du bloc identitaire, le gouvernement remanié opère un tour de vis sécuritaire effrayant. Les étrangers sont toujours plus stigmatisés, les médias d’opposition muselés, la culture reprise en main par le pouvoir. Le tournant est aussi économique : la Présidente paye la sortie de l’Euro et le protectionnisme qui avaient marqué le début de son mandat. Elle est contrainte de mener une politique d austérité.

Construite sur un aller-retour temporel entre la vie politique du quinquennat et la campagne de l’élection présidentielle de 2022, la narration réserve son lot de rebondissements et sa dose de suspens. 

Je ne vais pas revenir sur les illustrations, qui sont du même acabit que dans le premier album : sobres, pas toujours très esthétiques, mais efficaces et d’un réalisme parfois glaçant.

Le récit m’a moins plu que dans le premier volume : il m’a semblé que François Durpaire allait encore plus loin, au risque de forcer le trait par moment. Si le premier album était glaçant de réalisme, celui-ci oscille entre la mise en garde sérieuse et un excès qui peut être contre-productif. Les rebondissements de ce deuxième volume m’ont parfois semblé totalement saugrenus, peu crédibles. J’espère d’ailleurs avoir raison, car l’avenir imaginé par François Durpaire ne donne pas envie de le vivre.

J’ai globalement été un peu déçu après un premier album très réussi. Celui-ci l’est un peu moins, même si cela reste une lecture, sinon agréable car le thème est trop important pour parler de plaisir ou de confort, mais intéressant.

Il me reste maintenant à attendre que le troisième tome soit disponible à la médiathèque pour découvrir la suite (et la fin ?) de cette politique-fiction en BD.


La Présidente, 2. Totalitaire, François Durpaire (scénario) & Farid Boudjellal (illustrations)

Note : ★★★☆☆

Comics & BD

La Présidente (1)

La Présidente est une bande dessinée de politique-fiction signée François Durpaire au scénario et Farid Boudjellal au dessin. Dans cet album publié en 2015, un peu moins de deux ans avant les élections présidentielles de 2017, ils imaginent l’élection de Marine Le Pen comme Présidente de la République, les premiers mois de son mandat et les effets de l’application de son programme présidentiel.

Et si le 7 mai 2017, d’une poignée de voix, Marine Le Pen était élue Présidente de la République ?

L’universitaire et historien François Durpaire et le dessinateur Farid Boudjellal racontent l’onde de choc qui suivrait en France et en Europe.
Aidés d’une équipe d’experts, ils nous font assister à l’inimaginable : l’intronisation de Marine Le Pen, la composition d’un nouveau gouvernement, l’application minutieuse et à marche forcée du programme du Front National.

Née de la guerre d’Algérie, la Ve République donne au Chef de l’État les pouvoirs les plus étendus de toutes les démocraties du monde. Comment Marine Le Pen pourrait-elle en profiter ? Quels contre-pouvoirs pourraient s’y opposer en France et en Europe ? 

Je n’ai pas eu la chance de découvrir cette bande dessinée avant l’élection présidentielle de 2017, je ne saurai donc jamais si j’aurais pu être convaincu par le scénario envisagé par l’auteur si je l’avais lu avant le vote. Dans son avant-propos, François Durpaire présente les hypothèses qu’il a prises pour permettre l’accession de Marine Le Pen à l’Elysée : « une victoire de Nicolas Sarkozy aux primaires de la droite, l’émergence d’une forte candidature centriste, voire d’une candidature dissidente chez les Républicains, l’élimination du candidat Sarkozy suite aux divisions de la droite, puis l’absence de report des voix de droite vers le candidat de gauche, François Hollande ».

On le sait, cela ne s’est pas passé ainsi. Nicolas Sarkozy n’a pas remporté les primaires à droite, et si une candidature qualifiée de centriste a effectivement émergé avec Emmanuel Macron, le candidat en question a fait mieux que menacer le candidat de droite et l’empêcher d’accéder au second tour au profit de François Hollande, il s’est lui-même qualifié pour battre Marine Le Pen au second tour, profitant à la fois de la faiblesse du candidat Fillon embourbé dans les affaires et de la gauche sociale-démocrate après le renoncement de François Hollande.

Ainsi, François Durpaire n’a pas visé totalement juste, mais était-ce vraiment l’objectif ? D’ailleurs, il ne s’est pas trompé sur tout. Quand on lit dans l’album les manoeuvres de Marine Le Pen pour diviser la droite en vue des législatives en nommant un Premier Ministre issu des Républicains et attirant autour d’elles des figures de la droite compatibles idéologiquement avec elle, on ne peut s’empêcher de penser à Emmanuel Macron nommant Edouard Philippe et ralliant à lui des personnalités de la droite dite modérée pour rejoindre son gouvernement.

Bref, l’essentiel est ailleurs. Cette bande dessinée vise un objectif principal : imaginer ce qui pourrait se passer en France et dans le monde en cas d’accession de la candidate d’extrême-droite à la fonction suprême. Pour cela, l’auteur s’appuie directement sur les mesures décrites dans le programme du FN (pardon, RN désormais) et tente d’en analyser les conséquences économiques, sociales, diplomatiques, etc. Evidemment, l’exercice ne peut pas être totalement neutre, et les auteurs ne cachent pas leurs opinions, nettement défavorables à Marine Le Pen.

L’exerice est forcément périlleux mais le résultat est esaisissant et glaçant. J’ai trouvé les illustrations assez pauvres, quoique très ressemblantes quand il s’agit des portraits des nombreuses personnalités politiques et médiatiques qui apparaissent dans l’album. Le récit par contre est captivant. Rien de tout cela ne m’a semblé complètement délirant, et c’est sans doute le plus inquiétant.

Je sais que deux autres tomes ont été publiés pour faire suite à celui-ci, je vais tenter de les emprunter prochainement à la médiathèque pour découvrir la suite de cette politique-fiction en bande dessinée.


La Présidente (1), François Durpaire (scénario) & Farid Boudjellal (illustrations)

Note : ★★★★☆