Cinéma, TV & DVD

Harry Potter and the Half-Blood Prince

Harry Potter and the Half-Blood Prince
Harry Potter and the Half-Blood Prince

Remarque préalable : ce billet contient des spoilers, les spectacteurs qui ne connaissent pas la fin de ce sixième épisode de la saga Harry Potter (ou lecteurs, mais depuis le temps, ce serait étonnant d’en trouver encore qui n’auraient pas déjà tout lu) sont invités à passer leur chemin s’ils souhaitent garder la surprise pour des éléments majeurs de l’histoire.

Le sixième film de la franchise Harry Potter est à l’image du livre dont il est inspiré : lent au démarrage, avec une très (trop) longue première partie consacrée aux histoires de coeur d’Harry et ses amis dont l’unique intérêt est de servir de prétexte à nous faire découvrir la jeunesse de Tom Jedusor alias Lord Voldemort grâce à des souvenirs de Dumbledore et du nouveau professeur de Potions, Horace Slughorn. Heureusement, la seconde partie du film est bien plus intéressante : le rythme s’accélère et l’intrigue arrive enfin là où elle devait arriver : le final est palpitant et réussi.

Albus Dumbledore (incarné par Michael Gambon) a droit à un magnifique chant du cygne avec une scène grandiose mettant en scène toute sa puissance dans un spectaculaire et impressionnant déchaînement de feu. On retrouve également dans cet épisode les acteurs des précédents opus : le matériau de base (le roman) étant ce qu’il est, les interprètes ne sont ni excellents ni franchement mauvais, ils incarnent sans originalité des personnages relativement stéréotypés. Alan Rickman est même parfois à la limite de la caricature dans le rôle de Severus Snape, avec des mimiques et des intonations de voix qui frisent parfois le ridicule, même si on adore ça !

Globalement, le film a de nombreux défauts : les personnages n’ont pas de saveur particulière (à l’exception de Severus Snape, toujours génial, et Draco Malefoy, qui se révèle dans cet épisode), le scénario est mal construit (comme le livre) puisque tous les événements intéressants sont réunis à la fin après une première partie trop lente. Si on aime l’univers d’Harry Potter, la fin du film vaut tout de même à elle seule le déplacement.

Livres & Romans

Dumbledore is gay !

Attention : Spoilers Harry Potter 7

J’ai cru à un poisson d’avril prématuré quand j’ai lu cet article :

J. K. Rowling at Carnegie Hall Reveals Dumbledore is Gay

La partie « intéressante » est celle-ci :

Did Dumbledore, who believed in the prevailing power of love, ever fall in love himself ?

My truthful answer to you … I always thought of Dumbledore as gay. [ovation] … Dumbledore fell in love with Grindelwald, and that that added to his horror when Grindelwald showed himself to be what he was.

[…]

In fact, recently I was in a script read through for the sixth film, and they had Dumbledore saying a line to Harry early in the script saying I knew a girl once, whose hair… [laughter]. I had to write a little note in the margin and slide it along to the scriptwriter, « Dumbledore’s gay! » [laughter]