Livres & Romans

Adultes sensibles et doués : trouver sa place au travail et s’épanouir

Après plusieurs lectures sur le sujet, j’étais content d’avoir trouvé un livre consacré directement à un sujet qui me préoccupe beaucoup en ce moment : Adultes sensibles et doués : trouver sa place au travail et s’épanouir, écrit à quatre mains par Arielle Adda, psychologue qui s’intéresse notamment aux enfants doués, et Thierry Brunel, ancien cadre financier et actif au sein de MENSA, l’association internationale pour les personnes ayant un QI très au-dessus de la moyenne.

Pourquoi faut-il se préoccuper de ceux qui sont trop sensibles et trop doués ? Tout simplement parce que, dans un parcours professionnel, on gagne toujours à mieux se connaître. Le fonctionnement de la personne sensible et douée la conduit souvent à se sentir décalée et à en souffrir. Intuition, intelligence, sensibilité sont pourtant de vrais atouts. Quelles difficultés l’adulte doué rencontre-t-il au travail et pourquoi ? Quelles sont ses forces, ses fragilités ? Comment trouver sa voie, être accepté et réaliser son potentiel ?

Ce livre en forme de portrait sensible donne des clés de compréhension précieuses destinées à tous ceux qui se sentent différents, en situation de mal-être, pour qu’ils reprennent confiance, qu’ils soient mieux compris et retrouvent une perspective professionnelle épanouissante. De nombreux témoignages et des conseils pour tracer sa route, trouver sa place et réussir, tout en étant en cohérence avec ce que l’on est. 

Le style, à la fois lourd et donneur de leçon, m’a très vite déplu. Les règlements de compte entre psychologues, psychiatres, psychanalystes ne sont pas non plus ma tasse de thé, et ils sont souvent présents dans cet ouvrage.

Quant au contenu lui-même, il est à la fois léger et fouillis, avec de nombreuses digressions sur des sujets plus ou moins éloignés du sujet, le tout dans une structure difficile à suivre.

Au final, ce fut une grosse déception avec ce livre dont j’attendais sans doute trop.


Adultes sensibles et doués : trouver sa place au travail et s’épanouir, Arielle Adda & Thierry Brunel

Note : ★★☆☆☆

Livres & Romans

Je pense mieux : Vivre heureux avec un cerveau bouillonnant, c’est possible !

Je continue ma lecture de livres de développement personnel avec mes préoccupations du moment. J’ai beaucoup aimé Je pense trop de Christel Petitcollin avant d’être un peu déçu par J’arrête de trop penser de Béatrice Lorant. Cette fois, j’ai lu la suite du très bon livre de Christel Petitcollin : après Je pense trop, le temps est venu de lire, et dire, Je pense mieux.

La parution de Je pense trop a été (et est encore !) une aventure extraordinaire. Je n’avais jamais reçu autant de lettres, d’e-mails, de posts, de textos à propos d’un de mes livres ! Vous m’avez fait part de votre enthousiasme, de votre soulagement et vous m’avez bombardée de questions : sur les moyens d’endiguer votre hyperémotivité, de développer votre confiance en vous, de bien vivre votre surefficience dans le monde du travail et dans vos relations amoureuses… Vous avez abondamment commenté le livre.

Je me suis donc appuyée sur vos réactions, vos avis, vos témoignages et vos astuces personnelles pour répondre à toutes ces questions. Je pense trop est devenu le socle à partir duquel j’ai élaboré avec votre participation active de nouvelles pistes de réflexion pour mieux gérer votre cerveau.

Je pense mieux est un livre-lettre, un livre-dialogue, destiné aux lecteurs qui connaissent déjà Je pense trop et qui en attendent la suite.

Je pourrais dire que tout est dans le titre, mais ce serait un trop gros raccourci. Si Je pense trop était beaucoup dans le diagnostic, et j’avais d’ailleurs regretté que la partie consacrée aux conseils pratiques soit un peu légère, cette suite a une vocation plus concrète. Son sous-titre est d’ailleurs porteur d’une promesse : Vivre heureux avec un cerveau bouillonnant, c’est possible !

Je ne sais plus combien de temps s’est écoulé entre la parution de Je pense trop et de sa suite, mais Christel Petitcollin affirme avoir reçu un abondant courrier provenant de personnes qui se sont reconnues dans son livre. Dans ce flux de retours par les premiers concernés, certaines remarques l’ont amusé, d’autres l’ont surprise, certaines l’ont conforté dans ce qu’elle pressentait ou savait, d’autres enfin lui ont permis d’affiner ou de compléter sa connaissance du sujet.

Comme elle n’a pas pu répondre individuellement à chaque courrier, l’auteur nous explique avoir décidé d’écrire ce second livre pour répondre aux interrogations et aux remarques qu’elle a reçues suite à la publication du premier. Elle présente ainsi ce livre comme un dialogue avec ses lecteurs, avec à la fois des réponses à leurs questions et des compléments sur des sujets non évoqués ou survolés dans le premier livre.

Si on met évidemment de côté son aspect commercial (surfer sur une vague est souvent rentable), la démarche m’a semblé intéressante. Le résultat m’a par contre laissé sur ma faim. Il y a du bon dans ce livre, mais aussi des choses qui m’ont moins intéressé quand elles ne m’ont pas agacé.

Il m’a semblé que l’auteur voulait aborder de nombreux sujets, cherchant à leur trouver un lien, parfois tiré par les cheveux, avec la surefficience mentale. Ainsi, j’ai trouvé passionnante les chapitres sur le jumeau perdu ou le chamanisme mais je ne suis pas certain d’y voir un rapport évident avec le sujet qui m’intéressait tout d’abord en lisant ce livre.

A l’inverse, j’ai apprécié les chapitres où l’auteur parle de trouver sa voie, ce qui anime notre âme et notre esprit. C’est sans doute parce que c’est au coeur de mes préoccupations actuelles, j’y ai en tout cas trouvé des éléments intéressants pour alimenter mes réflexions en cours et à venir.

Le ton m’a parfois semblé condescendant, voire agressif dans certains passages. J’ai également noté une obsession de l’auteur sur la question des manipulateurs, encore une fois omniprésents dans cette suite après avoir déjà occupé une grande place dans ce premier. J’ai bien compris que la vision de Christel Petitcollin est de diviser le monde en 3 parties : les sur efficients d’une part, les manipulateurs de l’autre, et au milieu ce qu’elle appelle les « normo-pensants », c’est-à-dire la majorité de l’humanité. Je ne suis pas convaincu de la pertinence de ce découpage et j’ai été gêné de retrouver cet aspect aussi souvent dans le propos de l’auteur.

Dans l’ensemble, il y a du bon à tirer de ce livre, malgré une volonté de l’auteur de ratisser large en parlant de sujets multiples, aves influences multiples et hétéroclites, sans forcément suivre une ligne directrice. Cela m’a donné une impression de fourre-tout, avec des étagères-chapitres remplies d’objets intéressants voire essentiels, et d’autre plus dispensables. Chacun y trouvera sans doute son compte.


Je pense mieux : Vivre heureux avec un cerveau bouillonnant, c’est possible !, Christel Petitcollin

Note : ★★★☆☆

Livres & Romans

J’arrête de trop penser

En ce moment, je lis pas mal de livres de « développement personnel ». Je mets des guillemets car je n’aime pas trop ce terme, avec ce qu’il m’évoque et ce qu’il véhicule comme clichés et à priori. Malgré cette réticence, depuis quelque temps je m’intéresse d’assez près à certains sujets de psychologie et de développement personnel, cela m’aide à traiter certaines préoccupations que j’ai sur mes besoins, mes attentes, mon travail, mes projets, etc.

Ainsi, je vous avais parlé des livres de Vadim Zeland sur le Transurfing et tout récemment du très bon Je pense trop : comment canaliser ce mental envahissant de Christel Petitcollin. Sur le même thème que ce dernier livre, je viens de lire dans la foulée un petit bouquin intitulé J’arrête de trop penser, signé Béatrice Lorant, journaliste dans la presse féminine principalement.

Vous pensez tout le temps… À la lessive que vous avez oublié de lancer avant de partir au travail, à la réflexion de votre supérieur hiérarchique sur le dossier que vous venez de lui présenter, au choix du « bon » gâteau pour l’anniversaire de votre fils ou de votre fille… Et le soir venu, impossible de vous relaxer et de dormir immédiatement, vous ressassez…

Pas de panique, vous êtes « juste » hyperpenseur ! Faites une pause et apprenez à dompter votre bouillonnant cerveau pour éviter le burn-out !
Pour y parvenir, Béatrice Lorant, hyperpenseuse (qui aujourd’hui le vit bien !), vous invite à :

– clarifier vos idées pour devenir intellectuellement plus productif

– soigner votre corps et votre esprit

– libérer votre créativité

– penser moins pour penser mieux

TOUTES LES CLÉS POUR LÂCHER PRISE ET ÊTRE PLUS ZEN !

J’ai peut-être commis un erreur en enchainant la lecture de deux livres sur le même sujet. J’ai ainsi trouvé dans celui-ci beaucoup de notions déjà découvertes ou évoquées dans le précédent. J’ai d’ailleurs trouvé que celui-ci était un peu moins pertinent et détaillé que celui de Christel Petitcollin. Le ton, plus léger, m’a également semblé différent et j’y ai été moins sensible.

Là où ce livre se distingue de Je pense trop : comment canaliser ce mental envahissant, c’est sur la partie conseils pratiques, beaucoup concrète et développée. J’ai toutefois regretté que ces conseils soient peu inventifs et se contentent de proposer des choses souvent déjà connues. Faire du sport, libérer sa créativité, être bienveillant avec soi : tout cela me semble d’excellentes idées mais j’ai envie de dire que j’y ai déjà pensé et que la difficulté n’est pas dans le fait d’identifier le besoin mais dans le passage à l’action, dans le fait de lever les freins pour se lancer.

Tout cela donne, à la fois à cause du ton employé par l’auteur et pas la nature du propos, un petit côté « livre de recettes miracles » face à des problèmes qui ne se règlent pourtant pas simplement en claquant des doigts.

Dans l’ensemble, ce petit livre d’environ 180 pages en poche est plutôt intéressant mais plutôt comme un point de départ avant d’aller plus loin dans d’autres ouvrages plus développés, plus détaillés. En tout cas, j’en suis sorti en restant un peu sur ma faim.


J’arrête de trop penser, Béatrice Lorant

Note : ★★★☆☆

Livres & Romans

Je pense trop : comment canaliser ce mental envahissant

Je pense trop, sous-titré Comment canaliser ce mental envahissant est un livre de psychologie, ou de développement personnel, écrit par Christel Petitcollin et publié en 2010 chez Guy Trédaniel Editeur. Je ne connaissais pas du tout l’auteur mais j’avais entendu parler de ce livre de façon élogieuse dans une discussion sur Twitter entre des personnes généralement de bon conseil. Comme le sujet m’interpellait et pouvait potentiellement m’intéresser, je me suis laissé tenter.

Qui pourrait penser qu’être intelligent puisse faire souffrir et rendre malheureux ? Pourtant, je reçois souvent en consultation des gens qui se plaignent de trop penser. Ils disent que leur mental ne leur laisse aucun répit, même la nuit. Ils en ont marre de ces doutes, de ces questions, de cette conscience aiguë des choses, de leurs sens trop développés auxquels n’échappe aucun détail. Ils voudraient débrancher leur esprit, mais ils souffrent surtout de se sentir différents, incompris et blessés par le monde d’aujourd’hui. Ils concluent souvent par : « Je ne suis pas de cette planète ! »

Ce livre propose des cours de mécanique et de pilotage de ces cerveaux surefficients.

Comme son titre l’indique, ce livre s’adresse surtout aux personnes qui pensent trop, qui sont envahis par leur mental, par leurs pensées. Evidemment, cela va au-delà de cela, et Christel Petitcollin égrène les caractéristiques et les comportements de ces personnes qui les distinguent de la grande majorité des autres personnes qu’elles rencontrent : hypersensiblité, hypérafféctivité, mémoire très développée et détaillée, schéma de raisonnement en arborescence, idéalisme, croyance dans un systèmes exigent de valeurs inamovibles, etc.

L’auteur montre bien comment ces singularités ont un impact sur la vie sociale et sur l’estime de soi : elles peuvent isoler du reste de la population et être sources d’incompréhension, de rejet, d’un sentiment de décalage avec les autres, de repli sur soi, et donc de souffrance.

Une fois ce « diagnostic » établi, la troisième et dernière partie aborde des solutions, sous la forme de conseils à la fois généraux et pratiques. J’ai peut-être trouvé cette partie un peu plus légère que les deux précédentes. C’est pertinent, mais j’ai trouvé que cela restait parfois superficiel.

En sortant de cette lecture, je suis un peu perplexe. Je me suis reconnu en partie dans le portrait-robot établi par l’auteur : certains éléments m’ont semblé totalement ressembler à mon vécu, quand d’autres me sont apparus plus éloignés de moi ou de ma façon de me voir. J’ai un peu de mal à savoir si ce livre s’adresse vraiment à moi, même si j’en ai tiré des éléments vraiment intéressants.

Par contre, pas de doute, ce livre est très bien écrit et passionnant. Ma perplexité tient plus à mon doute sur le « diagnostic » appliqué à moi-même qu’à la qualité du livre. Si vous vous reconnaissez, ou si vous reconnaissez quelqu’un de votre entourage proche dans ce que décrit ce livre, nul doute qu’il vous sera très utile !

Pour ma part, je suis assez tenté de lire la « suite », Je pense mieux : vivre heureux avec un cerveau bouillonnant, c’est possible ! qui m’apportera peut-être des réponses à mes doutes et plus de conseils pratiques.


Je pense trop : comment canaliser ce mental envahissant, Christel Petitcollin

Note : ★★★★☆