Comics & BD

Red Robin (1) : The Grail

Red Robin : The Grail compile les cinq premiers numéros de la nouvelle série Red Robin de DC Comics. Après le chamboulement provoqué par la mort de Bruce Wayne dans Final Crisis, DC Comics a en effet remis à plat ses publications autour de Batman. La série Batman & Robin met en scène les aventures Dick Grayson et Damian Wayne dans les costumes de Batman et de son sidekick. La série Robin s’est arrêtée après des années de bons et loyaux services, mais Tim Drake, toujours très populaire chez les fans, poursuit ses aventures dans le costume de Red Robin et dans la série du même nom.

Dans ce premier album, nous suivons le périple de Tim Drake/Wayne en Europe et en Irak, à la recherche de son mentor Batman, qu’il est le seul à croire encore vivant. En parallèle, des flashbacks nous permettent de découvrir dans quelles circonstances le fils adoptif de Bruce Wayne a quitté Gotham City, après que Dick Grayson, qui a repris le costume de Batman, ait offert à Damian Wayne celui de Robin. Tim désapprouve totalement cette décision : il faut dire que cela n’a jamais été le grand amour entre Damian et lui, Tim considère que Damian ne mérite pas de porter le costume que Dick et lui ont honoré pendant des années. Devenu globe-trotter, Tim Drake croise la route de la Ligue des Assassins, l’organisation dirigée par Ra’s Al Ghul. Les anciens ennemis vont peut-être devoir s’unir pour atteindre leur objectif : retrouver la trace de Bruce Wayne.

Tim Drake et Ra’s Al Ghul, voilà deux raisons suffisants pour que j’aime cet album. Mon personnage préféré et mon « méchant » préféré, que demander de plus ? Tim Drake a toujours été mon Robin préféré, et son évolution en Red Robin est très intéressante à suivre. Perdu, sans repères et sans mentor, Tim semble en permanence à la limite de basculer dans l’abysse, à la manière d’un Jason Todd vengeur et meurtrier. J’ai bien aimé voir ce côté obscur de Tim, qui a longtemps été une sorte de jeune premier sans défaut. Je suis en tout cas impatient de découvrir la suite de ses aventures et son évolution dans cette nouvelle série très prometteuse.

Comics & BD

Batman : Battle for the Cowl

Après Batman R.I.P. qui m’avait globalement déçu et Final Crisis qui contient la « mort » de Bruce Wayne mais que je n’ai pas terminé, agacé par l’intrigue confuse et le côté spectaculaire inutile, je suis enfin arrivé à Battle for the Cowl, l’album qui raconte la succession de Batman.

Bruce Wayne est mort. Batman ne veille plus sur Gotham City, la ville subit l’affrontement des gangs et des criminels séparés en deux camps : les fidèles du Pinguin et ceux de Double-Face. Dick Grayson, le premier Robin, refuse de reprendre le costume de Batman et continue de porter celui de Nightwing, son avatar depuis de longues années. Pourtant, un mystérieux Batman fait son apparition et use de méthodes que Bruce Wayne aurait totalement désavouées. Qui se cache sous le masque de ce Batman violent et sans scrupules ?

Cet album nous propose de suivre la lutte entre les successeurs potentiels de Bruce Wayne / Batman. Au premier rang, on trouve évidemment Dick Grayson et Jason Todd, les deux premiers Robin. Au second plan, Tim Drake (le troisième et actuel Robin) et Damian Wayne (le fils de Bruce Wayne dont nous avions découvert l’existence récemment dans Batman and Son). Tous quatre veulent se montrer dignes de l’héritage de leur mentor, ou dans le cas de Jason montrer que les méthodes de Bruce n’étaient pas efficaces.

J’ai vraiment aimé cet album, qui vient à point nommé après une série d’albums en demie-teinte. La lutte entre les héritiers est passionnante à suivre, même si elle est finalement sans surprise. Me voici en tout cas réconcilié avec la série Batman, prêt à aborder la suite avec impatience !

Comics & BD

Batman R.I.P.

Batman R.I.P. est un album qui regroupe l’arc du même nom, en compilant un prologue publié dans le numéro 0 de DC Universe et les numéros 676 à 683 de la série régulière Batman. Il s’inscrit dans la continuité directe de l’album The Black Glove dont j’avais parlé ici cet été.

Alors que Bruce Wayne continue à filer le parfait amour avec le mannequin Jezebel Jet, The Black Glove continue à s’agiter en coulisses. A la tête de laquelle de cette mystérieuse organisation se trouve un individu tout aussi mystérieux. Son objectif est simple : détruire Batman, pour d’obscures raisons. Au milieu de tout cela, on retrouve le Joker, dont je n’ai pas vraiment compris le rôle dans l’histoire. Mais après tout, ce n’est pas la seule chose que je n’ai pas comprise dans cette sombre histoire …

Je crois que j’ai vraiment un problème avec cet arc Black Glove / R.I.P. : je n’arrive vraiment pas à m’emballer pour cette étrange machination, dont les tenants et les aboutissants m’échappent totalement. Dans cet album, on enchaîne les flash-backs (notamment les rencontres entre Bruce Wayne et les trois premiers Robin) et des séquences dans une sorte de monde parallèle où les parents de Bruce Wayne ne seraient pas morts lorqu’il était enfant et où il ne serait pas devenu Batman. J’ai vite été perdu et j’ai continué à lire sans forcément faire d’effort pour comprendre ce qui se passait. Et finalement, je n’ai même pas compris la fin de l’album. Que devient Batman, à la fin ? Je suis incapable de l’expliquer.

Il est donc temps pour moi que cet arc s’achève et que les compteurs soient remis à zéro avec la mort tant annoncée de Batman dans l’événement Final Crisis, le gros cross-over de la mort qui tue et qui sera ma prochaine lecture « batmanesque« . En attendant, je vais ranger Batman R.I.P. dans ma bibliothèque, où il risque de rester immobile pendant de longues années.

Comics & BD

Batman : The Resurrection of Ra’s al Ghul

Batman : The Resurrection of Ra's al Ghul

L’album The Resurrection of Ra’s al Ghul reprend l’arc du même nom ; il compile les numéros spéciaux Batman Annual et Robin Annual de l’année 2007, ainsi que des numéros des séries régulières Batman (670 et 671), Robin (168 et 169), Nightwing (138 et 139), et Detective Comics (838 et 839). C’était, cette année-là, l’événement annuel des séries affiliés à Batman. Comme chaque fois avec ce type d’événement, il s’agit d’un grand cross-over entre les différentes séries de la Bat-Family, où Batman et ses alliés se retrouvent généralement pour combattre un ennemi commun.

Dans cet album, comme le titre le laisse aisément deviner, l’ennemi est Ra’s al Ghul, le vieil ennemi « immortel » de Batman. Je mets de guillemets autour d’immortel car lors du dernier affrontement entre Batman et Ra’s al Ghul, celui-ci était censé avoir disparu pour de bon, après que le détective de Gotham ait détruit tous les « Lazarus Pits » que Ra’s al Ghul utilisait pour se régénérer et qui lui offraient ainsi la vie éternelle.

Malheureusement pour Batman, et heureusement pour notre bon plaisir, rien n’est jamais aussi simple dans l’univers de DC Comics, et Ra’s al Ghul n’a pas dit son dernier mot. Sa dernière trouvaille ? Prendre possession du corps de son petit-fils Damian, que nous avions découvert dans Batman and Son et qui n’est autre que le fils de Talia al Ghul (la fille de …) et de Bruce Wayne (Batman).

C’est avec ce point de départ simplissime (n’est-ce pas ?) que débute cette histoire où vont tour à tour s’allier et s’affronter de nombreux personnages liés à Batman :

  • Batman, évidemment
  • Ra’s al Ghul, dans le rôle de Grand Méchant qui lui va si bien
  • Dick Grayson, alias Nightwing, le premier Robin qui a pris son envol
  • Tim Drake, le troisième Robin
  • Talia, la fille de Ra’s al Ghul et ancienne maîtresse de Bruce Wayne
  • Damian, le fruit de l’union de Bruce Wayne et Talia al Ghul
  • Sensei, un maître en arts martiaux qui s’intéresse de près aux rumeurs sur Ra’s al Ghul
  • White Ghost, le fidèle compagnon de Ra’s Al Ghul
  • I-Ching, un moine-combattant qui vient prêter main forte à Batman

Ce large éventail de protagonistes est à la fois une qualité et une défaut : si j’ai retrouvé avec plaisir certains personnages (Ra’s al Ghul, l’un de mes ennemis favoris de Batman ; Damian, que j’adore ; et et évidemment Tim Drake, mon chouchou intergalactique), d’autres m’ont semblé moins intéressants (Sensei et I-Ching, en particulier).

De même, la qualité et l’intérêt de l’album n’est pas homogène : toute l’histoire n’est pas palpitante et certains passages sont franchement dispensables. Comme souvent, j’ai adoré les épisodes centrés sur Robin alors que ceux avec Nightwing m’ont laissé de marbre. Quant à Damian, plus je le vois et plus je l’apprécie ! Le gamin prétentieux, capricieux et impulsif de Batman and Son est toujours aussi prétentieux, capricieux et impulsif, mais s’affirme comme un digne héritier de son père. Le voir porter le costume de Robin m’a bien plu, je l’avoue et mon petit doigt me dit que ce n’était pas la dernière fois ;-)

The Resurrection of Ra’s al Ghul n’est pas forcément inoubliable, mais il reste un arc majeur de ces dernières années. Décevant par moments, passionnant par d’autres, ce fut pour moi l’occasion de faire plus ample connaissance avec Damian Wayne et de le voir cotoyer Tim Drake. Quand mes deux personnages préférés de la Bat-Family se rencontrent, cela ne peut-être que bon, non ?

Comics & BD

Batman and Son

Batman and Son

L’album Batman and Son regroupe six numéros du mensuel Batman, écrits par Grant Morrison et illustrés par Andy Kubert. Il se compose de deux parties : la première (qui correspond aux numéros 655 à 658) raconte la rencontre entre Bruce Wayne / Batman – j’espère que cette révélation n’en est une pour personne ;-) – et Damian, le fils que Talia (la fille de Ra’s al Ghul) prétend avoir eu avec lui lors de leur brève aventure plusieurs années plus tôt. Dans la seconde partie (qui compile les numéros 663 à 665), Damian apparaît moins et l’action est centrée sur Batman, hanté par l’apparition d’un ennemi qui lui ressemble étrangement. Enfin, le numéro 666 clôture l’album avec une vision du futur dans laquelle Damian porte désormais le costume de Batman après la mort de Bruce Wayne.

Depuis son apparition dans ce story-arc, Damian Wayne est l’un de mes personnages favoris de la Bat-Family, presque à égalité avec Tim Drake. Ces deux personnages sont d’ailleurs rivaux, puisque Damian considère Tim, que Bruce a adopté, comme un usurpateur. Dans cet album, Damian est un gamin arrogant, violent et dangereux, élevé par la Ligue des Assassins de son grand-père maternel, le sinistre Ra’s al Ghul. Malgré tout, je le trouve attachant dans ses tentatives d’impressionner son père. Sa violence n’est finalement que le fruit de l’éducation qu’il a reçue depuis sa naissance ; comme il le dit lui-même lorsque Batman lui reproche son comportement : « It’s how I was taught ».

La première partie, centrée sur la relation entre Damian et Bruce (et dans une moindre mesure, celle entre Damian et Tim) m’a passionné. La deuxième partie, où Damian est moins présent, m’a moins plu : l’affrontement entre Batman et son double gonflé aux hormones m’a laissé de marbre. Heureusement, l’épilogue, le fameux numéro 666 où Damian Wayne a pris la relève de son père mais n’hésite pas à tuer ses adversaires, remonte le niveau et clôt magistralement l’album.

Au-delà de son intérêt intrinsèque, Batman and Son est une histoire majeure dans l’histoire de Batman puisqu’elle introduit Damian Wayne, qui porte le costume de Robin depuis plusieurs mois maintenant. On remarque notamment que le costume que porte Damian porte lorsqu’il endosse contre l’avis de son père le rôle de Robin, avec la cape et la capuche (on le voit sur la couverture de l’album, ci-dessus) ressemble beaucoup à celui qu’il porte aujourd’hui dans la nouvelle série Batman & Robin. Cet album pose les fondations de l’évolution à venir de la Bat-Family, à suivre dans les prochains albums que je vais lire prochainement et donc je vous parlerai certainement ici.

Comics & BD

Batman : Under the Hood

Batman : Under the Hood

Under the Hood compile, en deux volumes, les numéros 635 à 650 de la série Batman ainsi que le Batman Annual 25. Ces deux albums reprennent ainsi l’intégralité du story-arc Under the Hood qui a vu le retour de Jason Todd à Gotham City en 2005-2006.

Pour les non-initiés, un bref rappel historique s’impose : Jason Todd était, dans les années 80, le deuxième Robin, succédant à Dick Grayson qui avait pris son indépendance vis-à-vis de son mentor Batman en troquant le costume de Robin pour celui de Nightwing. Jason était un garçon plus instable et impulsif que le premier Robin et il a toujours eu un complexe d’infériorité par rapport à son prédécesseur. En 1988-1989, à l’issue d’un vote historique des lecteurs organisé par téléphone par DC Comics, l’arc A Death in the Family s’achevait par la mort de Jason, victime du Joker.

Quinze ans plus tard, alors que l’arc War Games a isolé Batman de sa « famille » (seul le fidèle Alfred reste à ses côtés), un nouveau venu qui se fait appeler Red Hood tente de concurrencer le Black Mask, le nouveau roi du crime de Gotham City Black, et n’hésite à éliminer de sang-froid ceux qui lui résistent ainsi que ceux qui vendent de la drogue aux mineurs. Très vite, en affrontant Red Hood, Batman reconnaît des techniques qu’il a enseigné à Jason lorsqu’il portait le costume de Robin. Plus tard, il reçoit la confirmation de ce qu’il pressent depuis le début : derrière le masque de Red Hood se cache Jason Todd, son ancien partenaire qu’il croyait mort.

Les deux albums qui composent cet arc nous permettent de suivre l’affrontement entre Batman et Red Hood mais aussi de redécouvrir l’histoire de Jason Todd : comment il a endossé le costume de Robin et surtout comment se fait-il qu’on le retrouve bien vivant aujourd’hui alors qu’il avait été enterré il y a quinze ans ? L’explication elle-même n’a guère d’intérêt, mais c’est intéressant de suivre le parcours de Jason depuis sa « mort » et les raisons de sa rancoeur à l’encontre de Bruce Wayne / Batman. De même, les événements qui se déroulent dans cet arc (hormis, évidemment, le retour de Jason) ne sont pas passionnants ; ce qui l’est, par contre, c’est la relation entre Bruce et Jason, et accessoirement Alfred, toujours l’un de mes personnages préférés de la Bat-family.

Je n’ai pas connu Jason Todd dans le rôle de Robin (je suis plutôt de la génération Tim Drake, le troisième à porter le costume), je sais qu’il n’était pas très populaire auprès des lecteurs, mais j’aime beaucoup ce personnage depuis son retour. Pour moi, c’est intéressant d’avoir à Gotham un ennemi de Batman avec lequel il a une histoire forte et une relation plus complexe que l’affrontement classique en face-à-face.

Pour finir, j’aime beaucoup le clin d’oeil qui consiste à donner à Jason Tood l’identité de Red Hood … identité portée auparavant par son « assassin : le Joker !

Comics & BD

Grosse commande de comics

Je viens de passer sur Amazon.fr une grosse commande de comics. Je me rends compte que je parle très peu ici de mon intérêt (devrais-je dire passion ?) pour les comics et les super-héros, en particulier Batman et Robin qui ont toujours été mes héros préférés. Tant pis si c’est cliché pour un homo d’aimer Batman et Robin, j’assume mes goûts.

Dans cette commande, donc :

Batman : Hush, volume One et Batman : Hush, volume Two qui forment l’excellent arc Hush dans lequel Batman doit affronter une ennemi redoutable qui le connait mieux que quiconque.

Batman : Hush Returns dont je ne sais presque rien mais que j’ai commandé car Hush est l’un de mes « vilains » préférés dans Batman

Batman : Under the Hood 1 et Batman : Under the Hood 2 qui met en scène le retour de Jason Todd, le deuxième Robin, qui était mort à la fi de l’arc mythique A Death in the Family.

Batman : War Games, Act One, Batman : War Games, Act Two, et Batman : War Games, Act Three où Gotham City est au centre d’une guerre des gangs aux conséquences tragiques. C’est avec cet arc que j’ai replongé dans les aventures Batman il y a plusieurs mois et je ne le regrette pas !

Robin : A Hero Reborn, d’occasion car l’album est épuisé et pour cause : il raconte les débuts publiés en 1990/1991 de Tim Drake, le troisième Robin (et mon préféré).

Robin : Wanted, un album bien plus récent dans lequel Robin est accusé d’un meurtre (qu’il n’a évidemment pas commis).

Robin : Teenage Wasteland, dont j’ai appris l’existence en faisant une recherche sur Amazon et que j’ai commandé pour compléter ma collection d’albums Robin.

Il ne me reste plus qu’à attendre de recevoir tout cela (certainement en plusieurs fois). En attendant, je vais replonger dans ma collection pour me préparer et replonger dans l’ambiance si particulière de Gotham City.