Comics & BD

Supreme Power (4)

Après un troisième volume entièrement consacré à la mini-série Docteur Spectrum, la série régulière Supreme Power continue avec un quatrième tome intitulé Haut Commandement en VF et qui contient les numéros 13 à 18 de la série VO.

L’histoire reprend là où elle s’était arrêtée à la fin du deuxième volume. L’homme d’affaires Kyle Richmond, alias Nighthawk, sollicite l’aide d’Hypérion pour enquêter sur le meurtre de plusieurs prostituées qui ont mutilées par un individu qui semble posséder une force surhumaine. Avec l’aide de Mirage (Stanley Stewart), ils suivent la piste du mystérieux meurtrier et l’affrontent dans un centre commercial. Arrêté par les autorités, l’assassin se révèle être le fruit d’expériences secrètes de l’armée visant à créer des surhommes capables d’affronter Hypérion et les ennemis des Etats-Unis.

Alors que Joe Ledger (Docteur Spectrum) entretient une étrange relation avec l’amphibie Kingsley, Mark Milton (Hypérion) refuse de collaborer avec l’armée américaine. Les autorités décident alors de lancer une campagne média visant à faire d’Hypérion un ennemi de la nation. Isolé, rejeté par ceux qui jadis l’adulaient, Mark quitte le pays dans lequel il avait grandi, non sans avoir lancé un avertissement à ses anciens amis : il provoque un gigantesque tremblement de terre au Pôle Nord et menace de récidiver aux Etats-Unis si on le laisse pas tranquille.

Ce tome est un tournant dans les aventures d’Hypérion : après avoir suivi aveuglement les instructions directes ou indirectes de l’armée et avoir été un héros national, Mark se détourne de son pays d’adoption, déçu par les mensonges avec lesquels il a été bercé pendant des années. La suite s’annonce explosive !

Comics & BD

Supreme Power (3)

Le troisième volume de Supreme Power édité en VF par Panini Comics est particulier : il ne se situe pas dans la continuité du récit initié dans les deux premiers tomes, il reprend en fait la mini-série consacrée à Docteur Spectrum, publiée en VO entre octobre 2004 et mars 2005 par Marvel Comics en parallèle de la série régulière.

Supreme Power 3

Cette mini-série a été écrite par Sarah Barnes et illustrée par Travel Foreman (pour les cinq premiers numéros) et Greg Tocchini (pour le sixième et dernier numéro). J. M. Straczynski, créateur de la série principale, n’est intervenu qu’en tant que « consultant artistique ». Ce volume est intégralement consacré à un personnage unique : le caporal Joe Ledger, alias Docteur Spectrum. L’action se déroule pendant initialement au moment où le caporal américain est plongé dans le coma après que le cristal du vaisseau d’Hyperion ait envahi sa main, mais des flashbacks fréquents nous racontent le passé de Joe, notamment son enfance et son adolescence avec sa mère et son beau-père.

La lecture de cette mini-série n’est pas indispensable pour la compréhension de la série régulière mais reste plaisante. Le passé de Joe Ledger est riche et passionnant et apporte un peu de relief à un personnage qui en manquait, face à Hyperion / Mark Milton que nous avons vu grandir dans le premier tome.

Après cette parenthèse divertissante et enrichissante, l’histoire principale reprend dans le quatrième volume, dont je vous parlerai prochainement.

Comics & BD

Supreme Power (2)

Après le premier volume dont je vous présentais lundi, il est temps pour moi de vous parler du deuxième, titré « Jeux de pouvoir » en VF. Il regroupe les numéros 7 à 12 de la version originale, qui constituent la mini-série « Supreme Power : Powers and Principalities ». Le duo créatif est le même que pour les six premiers numéros : J. M. Straczynski pour le scénario et Gary Frank pour l’illustration.

Supreme Power 2

Le récit reprend là où il s’était arrêté à la fin du premier tome : Hyperion, alias Mark Milton, dont l’existence a été dévoilée au grand public, est devenu un super-héros adulé par le peuple américain, au grand désarroi de l’armée qui voit s’envoler son arme secrète dont la force reposait justement sur le secret. Pourtant, un mystérieux informateur révèle à Mark que d’étranges opérations militaires auraient lieu régulièrement à travers le globe à des moments où lui-même intervient sur le sol américain pour sauver des civils, fournissant ainsi un alibi aux autorités. Quand il affronte le Dr. Spectrum (c’est ainsi qu’est désormais surnommé le caporal Joe Ledger, auquel le cristal issu du vaisseau d’Hyperion a conféré d’incroyables pouvoirs que l’armée utilise pour des missions secrètes), Hyperion découvre que les autorités lui ont menti sur ses origines et semble décidé à obtenir des explications, quel qu’en soit le prix.

Après sa violente confrontation avec Hyperion, le Dr. Spectrum trouve refuge sous l’eau où il rencontre une étrange créature aquatique, tandis que la princesse Zarda sort enfin de la crypte où elle aurait été enfermée depuis deux mille ans et va retrouver Hyperion pour lui révéler le secret de leurs origines. Quant à Stanley Stewart, l’homme le plus rapide du monde, il s’associe à Kyle Richmond, alias Nighthawk, pour enquêter sur la disparition de plusieurs prostituées dont le corps a été mutilé par un individu à la force surhumaine.

Ce deuxième tome est haletant et toujours aussi agréable à lire. Les rapports entre Mark Milton et l’armée sont incroyablement bien écrits et laisse entrevoir d’immenses possibilités pour la suite. De quoi donner envie continuer sur la lancée et de dévorer les tomes suivants.

Comics & BD

Supreme Power (1)

Supreme Power est une série de comics créée par Marvel Comics en 2003, illustrée par Gary Frank (principalement connu des amateurs de comics pour son travail sur Incredible Hulk) et écrite par J. M. Straczynski (scénariste de nombreux Amazing Spiderman mais aussi de la série TV de science-fiction Babylon 5 dont j’ai déjà parlé ici).

L’édition VF publiée par Panini Comics depuis 2005 comporte aujourd’hui 8 volumes. Le premier, intitulé « Contact », regroupe les six premiers numéros VO de la série, publiés aux Etats-Unis entre octobre 2003 et mars 2004 sous le titre « Supreme Power : The Hyperion Project ».

Supreme Power 1

L’histoire débute lors qu’un couple de l’Amérique profonde découvre un bébé dans l’épave d’un engin spatial qui vient de s’écraser dans un champ. Cela vous rappelle quelque chose ? C’est normal : Supreme Power reprend directement des éléments des comics les plus connus pour les détourner et les adapter à sa sauce. Car si dans Superman le couple Kent garde discrètement le jeune Clark à Smallville sans éveiller l’attention de quiconque, la suite est bien différente dans Supreme Power. Les autorités, alertées par la chute de l’objet volant non identifié, débarquent très vite chez le couple pour récupérer l’enfant tombé du ciel. C’est le début du projet Hypérion : l’enfant, qui révèle rapidement d’incroyables capacités (comparables à celles de Superman), sera élevé en secret par un faux couple d’agents du gouvernement et isolé du monde extérieur pendant de longue années. Mark Milton (le nom civil qui lui est donné) devient un parfait petit américain, patriote et fidèle aux valeurs de l’oncle Sam.

A l’âge adulte, Mark, qui ignore toujours la vérité sur ses originess, commence à intervenir dans des missions secrètes pour l’armée à travers le globe, notamment dans le Golfe pendant l’opération « Tempête du désert ». Ses faux parents « disparaissent » dans un faux accident de bateau (ils sont en fait envoyés à Amsterdam pour profiter d’une retraite « bien » méritée) et Mark se retrouve seul. On découvre dans ce premier volume que Mark n’est pas si seul qu’il le croit :

  • un caporal de l’armée américaine plonge dans le coma après avoir été mis en contact d’un cristal issu des restes du vaisseau dans lequel Hypérion avait été trouvé ; quand il reprend conscience, il semble dôté de pouvoirs surpuissants grâce au cristal inscrusté dans sa main : nous avons là un « clône » de Green Lantern, l’un des super-héros de DC Comics
  • un homme d’affaires afro-américain dont les parents ont été abattus par un malfrat quand il était enfant revêt un costume noir la nuit pour défendre les hommes et femmes de couleur victimes d’agressions raciales : c’est un Batman revu de façon très intéressante
  • un jeune noir d’Atlanta devient célèbre et signe de nombreux contrats publicitaires quand on découvre qu’il peut courir à une vitesse phénoménale : Flash, un autre super-héros bien connu, est ainsi revisité intelligemment
  • d’autres individus étranges sont également évoqués mais restent mystérieux : une supposée princesse enfouie dans une crypte, et un bébé, pas vraimet humain, jeté à l’eau juste après sa naissance

Supreme Power reprend astucieusement des références à des comics célèbres en ajoutant sa touche, une certaine maturité dans le propo. Le premier volume est passionnant et promet beaucoup pour la suite.